Réformisme et rénovation (R2)

Pour un socialisme pragmatique : prolonger la motion 4 dans le PS
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Voyages

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Voyages   Mer 12 Juil - 22:20

Toulouse le 29 juin 2006

À tous
Ça y est. J `ai enfilé ma tenue d'Indiana Jones et si je survis à ma première nuit au Flamingo
de Las Vegas, je suis prêt à affronter la canicule des déserts du grand Ouest américain.
BONNES VACANCES À TOUS.
Mais n'oubliez pas que des combats incertains nous attendent à la rentrée. Bien campé dans
mes « Santiag » j'emporte trois livres à parcourir à l'abri de mon Stetson. Je compte bien
revenir un peu moins c… qu'en partant.
Amicalement
Léoneck
Amis de R2, bonne réunion
Nous sommes 99, bravo et encore un petit effort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Voyages   Dim 20 Aoû - 12:43

Bonjour
Étant techniquement incapable à partir de mon iMac de mettre mon texte Word Parfums d'Amérique en pièce jointe, voici mes quelques réflexions sur mon voyage aux USA.
Bonne lecture et bonnes vacances.
Je connais un peu les USA. Dans ma période d'intense activité professionnelle, il y a une vingtaine d'année, j'avais coutume d'y passer 15 jours tous les 2 ans pour renifler ce qui s'y faisait en termes de mode de vie, de consommation, de distribution et de nouveaux produits. J'allais essentiellement à New York, parfois dans le Nord-Est (Nouvelle-
Angleterre, Boston) et plusieurs fois dans le Sud-Ouest (San Francisco, Los Angeles).
Puis, interruption jusqu'en 2004 où je suis revenu à NY. Aucun changement notable, si ce n'est le traumatisme très apparent du 11/09/01 !
New York est une mégapole internationale, très accueillante, dynamique, métissée, créative et sans complexe. Pour moi, ce n'est pas l'Amérique.

Je rentre donc de 12 jours de périple, Las Vegas, le Grand Canyon du Colorado, La Vallée de la Mort (Nevada 49° à l'ombre, mais il n'y en a pas !), Bakerfield, Monterey, San Francisco (14° en pleine après-midi).
Ce voyage m'inspire quelques réflexions.
D'abord, le constat du refus en France d'adopter des solutions qui marchent mieux ailleurs.
Les feux tricolores aux carrefours sont placés après le croisement, ou parfois suspendus au milieu. Incontestablement c'est beaucoup plus pratique et très incitatif à la prudence. Il n'y a pratiquement pas de route prioritaire. Certains carrefours comportent 4 stops, redémarre le premier qui a stoppé. Surprenant au départ, mais finalement gain de
prudence et une circulation moins hachurée, plus fluide. De même les routes, elles, sont désignées par leur numéro et leur direction (N/S/E/O), c'est plus clair, les voitures étant équipées d'une boussole. Surtout utile dans les grands espace ? Non, même en ville.
Mais ces remarques vous sembleront trop futiles, alors je passe à des sujets plus graves.
Durant ces 12 jours, j'ai eu droit à 5 ou 6 remarques plutôt désagréables et incontestablement représentatives d'un certain sentiment anti-français dans le Sud.
Exemples ?
« Alors, vous les Français, vous venez faire du tourisme chez nous, vous êtes pourtant tranquilles chez vous, en Paix ! ».
Ou encore de la part d'une femme policière s'adressant agressivement à mon fils (12 ans) : « Vous êtes ici aux E.U, vous devez me parler américain ! ».
Alors que tous les panneaux indicateurs sont rédigés en anglais et espagnol, c'est la loi en Californie, un automobiliste, sachant très bien que j'étais Français, a refusé de m'indiquer mon chemin sous prétexte que je prononçais « Sausalito » à l'espagnole !
J'en passe et des meilleures, mais on ressent nettement des regards hostiles chez certains.
Il est probable que les enfants des campagnes qui rentrent d'Irak dans un sac plastique n'améliorent pas notre image de pays qui, selon eux, a trahi son allié.
À part cela, comme partout, aussi des gens accueillants, sympathiques, prêts à vous aider.
Et toujours ce « welcome » qui précède toute conversation et me remémore l'« US go home » enregistré dans mon enfance.
Autre étonnement. Une femme âgée (>70 ans), quasiment chauve (suite d'une longue maladie, comme on dit) qui conduisait un minibus de navette d'hôtel et dissimulait maladroitement son petit panneau traditionnel : « Pourboires facultatifs mais bienvenus».
Le nombre de personnes âgées au travail est impressionnant. Cela choque.
Si à New York, depuis le célèbre Maire « tolérance 0 », on ne voit plus de miséreux dans les rues, à San Francisco, les « oubliés » de la réussite américaine, majoritairement de couleur, abondent, même dans les quartiers les plus touristiques. Par contre personne ne s'étonnera dans cette ville de la présence discrète de très nombreux couples gays (M/F).
Les villes sont très propres, le panneau « 1 000 $ for littering » est si efficace que mon fils ramassait mes mégots écrasés sur le trottoir pour les jeter, plus loin, dans une poubelle. Il faut dire que les occasions de fumer sont rares.
Ou encore : Aux USA le service (pourboire) est facultatif mais bienvenu, un petit billet permet de tout obtenir avec le sourire. À San Francisco, tard, la veille de notre départ très matinal pour New York, fatigué et stressé, j'avais un monceau de problèmes non résolus.
En dernière limite, je m'adresse au portier de l'hôtel (le Valet) et je lui explique en lui glissant un billet de 20 dollars et ma liste. Quinze minutes plus tard je dormais paisiblement sans même avoir pris de somnifère. Le lendemain matin, à 6 heures, il me réveillait, à 6h15 le bagagiste prenait nos valises, à 6h30 le valet m'attendait devant la porte au volant de ma voiture, et un taxi était là pour me guider jusqu'à l'aéroport. Trop
fort le dollar !
New York, retour dans l'Amérique que j'aime. Dîner chez Gallagher's, ma cantine locale, pèlerinage sur les décombres du World Trade Center où l'avidité des promoteurs paralyse la reconstruction. Un tour pour s'extasier sur les cages d'ascenseurs du « Chrysler building », un chef d'œuvre de l'Art Déco de l'architecte Van Allen. Un regard attendri sur
l'élégante cambrure du Solow bdg et enfin, par une température de 42°, la dégustation d'un ultime « Extra Dry Martini Gin » sous les ombrages de la luxueuse « Tavern on the Green » dans Central Park, au son répétitif des succès des « Beatles », John Lennon oblige.
« La vie, c'est ce qui se passe pendant qu'on est occupé à faire autre chose » (John Lennon dans « Double Fantaisy). Alors que je finissais la lecture de « La Gauche Caviar » de Laurent Joffrin. Le Pied ! Ne calomniez donc pas, avec ma somptueuse retraite, je suis exempté d'impôts et je viens même de me voir accordé la CMU. On ne vit que deux fois.
Encore ?
Les 5 aéroports que nous avons empruntés aux USA étaient tous équipés de navettes automatiques pour relier les différents terminaux. Impossible de s'inquiéter, des panneaux lumineux indiquent les directions, horaires et destinations. Partout des agents de sécurité pour renseigner. À noter, dans les zones de transit, quelques salles exiguës, sombres et
malodorantes où les accros de la cigarette peuvent, comme des malades, tirer quelques bouffées avant de fuir avec une nausée grave.
Retour à Roissy. Les passagers (majoritairement américains) débarquent par un escalier au milieu du tarmac pour être acheminés dans un bus zigzaguant entre les conteneurs de bagages pendant près de 10 minutes. Arrivés à un terminal où, sur le bord de la piste l'agent d'accueil, fort occupé à s'engueuler avec le conducteur ne donne aucune explication. Aucun affichage, un escalier nous mène à une pièce où, seule issue, un
escalator nous redescend à notre point de départ !
Au point de restauration « Maxim's » une dizaine d'allemands en transit réclament leurs aditions depuis un quart d'heure en consultant avec inquiétude leur montre. Le personnel, à 6, débat allégrement du coup de boule historique de Zidane. Les clients étrangers m'expliquent qu'il suffirait de 3 serveurs mais qui travaillent. Pas fier d'être français dans
ces moments-là. Mais au moins, j'ai compris qu'aux USA le service n'est pas inclus, mais en France, c'est "sévices compris ».

Une dernière information. Pourquoi je reviens souvent dans la région de la Vallée de la Mort, des grands espaces du désert de Mojave et du canyon du Colorado ?
D'abord pour le plaisir de montrer et raconter à mon jeune fils l'histoire de ces convois de pionniers à la recherche de l'Eden qui traversaient d'Est en Ouest ces déserts hostiles et infinis. Ensuite parce que j'y contemple la gigantesque blessure qui y déchire notre bonne vieille terre jusqu'en son sein originel, et offre à notre regard les strates de sa vie tumultueuse. Quelle aventure trépidante : « L'origine du Monde », le bombardement
d'astéroïdes géants et leur digestion douloureuse, l'obscure période qui suivit les éruptions volcaniques, les grandes glaciations, la lente et permanente violence tellurique.
Y trouvant l'inspiration nourricière de mon athéisme, je me pose indéfiniment la même question. Quelle trace y laissera l'éphémère passage de notre espèce ? Quel suspense sur cette planète !
Un mot : dans les Parcs Nationaux, ce panneau omniprésent « Ce site est protégé, ne laissez derrière vous que vos empreintes ». Et encore…

Léoneck

L'an prochain au programme : En Égypte sur les traces du Pharaon qui inventa le monothéisme. « Si les dieux me sont cléments » !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Voyages   Dim 20 Aoû - 12:45

Merci pour le voyage. Une histoire de sensations et de perceptions. De signes et de mémoire. De transmission.

Une histoire d'homme.

:-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyages   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyages
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyages de la Tapisserie de Rollon
» Avis sur PAC VOYAGES
» pour Bernard
» Déménager : l'occasion d'une mise à plat ?
» La Normandie Monumentale au musée Malraux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réformisme et rénovation (R2) :: La taverne :: Taverne sociale-libérale-
Sauter vers: