Réformisme et rénovation (R2)

Pour un socialisme pragmatique : prolonger la motion 4 dans le PS
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le tout sauf Ségolène ne passera pas par moi

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Le tout sauf Ségolène ne passera pas par moi   Sam 21 Oct - 14:02

Bonsoir à tous,

Le tout sauf Ségolène ne passera pas par moi ;-)

Ségolène a déjà esquissé un programme consistant (site Internet;
livre à venir; discours-débat en sections; entretiens presse> relisez
les Echos, Le Monde; tribunes; émissions diverses).
L'esprit de ce programme, appuyé sur le projet, a été et est toujours
celui de la rénovation réformiste.

Bien au-delà de ce que fut la tiédeur consensuelle de DSK, elle
propose la vison moderne d'un socialisme ouvert sur l'Europe et le
monde.
Appelant à un inventaire constructif du blairisme (et oui...), à un
compromis inspiré de la social-démocratie du Nord de l'Europe, elle a
boulversé le logiciel socialiste en mettant en avant le rôle de la
société civile, des corps intermédiaires, de la responsabilité
individuelle et collective.
Qu'il s'agisse de la croissance fondée sur l'innovation et
l'investissement, des nouvelles sécurités professionnelles et
sociales, de la souveraineté partagée ou de la refondation du pacte
républicain, elle apporte à la fois une philosophie et des
dispositifs nouveaux.
C'est une socialiste "pragmatique" qui a abandonné l'idéologie pour
partir des succès de sa gestion de terrain (et oui...).

Attention aux mauvais procès et à l'usage de l'invective gratuite(cf
Cambadélis). Les effets de mode ne sont pas toujours ceux que l'on
croit...

La politique est affaire d'incarnation et de désir (cf tribune
jointe). Ce n'est pas un jeu d'idées maniées "hors sol", ni un
concours de maîtrise intellectuelle.

Quant au ralliement de Montebourg, il se fait au nom de la rénovation
et du renouvellement. Nous partagions d'ailleurs cet esprit avec la
motion 5 (tout en nous opposant sur les outils de régulation
économique). Ce n'est pas en soi un scandale puisque cela préfigure
la synthèse qui devra se construire d'une manière ou d'une autre
autour de notre candidat(e).
Si du moins notre but commun est bien d'emporter l'élection face à la
droite...

Bien à tous,

Jean-François PASCAL



Ségolène Royal ou l'alternance symbolique

L'alternance est le gage du bon fonctionnement d'une démocratie. Elle
n'est pas uniquement le produit du pluralisme des partis, elle est
aussi la conséquence de dispositions constitutionnelles. La France en
a connu un certain nombre depuis 1981.
L’usure du pouvoir y a été grande et le mécontentement répété aura
conduit les électeurs à sortir les sortants. L’alternance a des
vertus mais son rythme révèle que les transformations sociales
attendues n’ont pas été au rendez-vous. Le discours, souvent
idéologique et plein de promesses, n’aura pas tenu ses engagements de
parole.

Pire, en 2002 les électeurs se sont massivement rabattus sur
l'extrême gauche ou sur le candidat d'extrême droite. Les candidats
des partis de gouvernement, PS et UMP, n’ont obtenu que 25% des
inscrits lors du premier tour de cette élection présidentielle.
Ainsi, des partis et des candidats qui n'aspirent pas à l'alternance
réelle ont réuni les trois quarts des suffrages. Un chiffre qui ne
doit pas seulement faire réfléchir mais qui doit surtout faire agir.

Une autre forme d'alternance est possible. L’alternance symbolique
qui ne se joue pas entre la droite et la gauche mais à l'intérieur
des partis eux-mêmes. Et cela à différents niveaux: renouvellement
des idées mais aussi renouvellement des hommes des femmes,
singulièrement des générations. Ce type d'aggiornamento est
indispensable pour être au plus proche des demandes et des exigences,
sans cesse renouvelées, de nos sociétés. Etre en prise sur le monde
d’aujourd’hui implique un changement de style du politique. Il doit
accepter qu’une certaine rhétorique ait vécu et que chacun attende
aujourd’hui des faits et des résultats, loin des postures.

Une telle alternance est aussi symbolique, car tout en étant rupture,
elle est continuité. Rupture avec une certaine parole et un certain
nombre de pratiques dépassées, mais continuité dans l'esprit et dans
les valeurs, même si c’est sous d'autres formes. Suivons ici Jean
Jaurès, "C'est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa
source".

Qu'est-ce que le Président dans notre Ve République? Selon la formule
bien connue de De Gaulle, ce doit être la rencontre entre un homme et
un peuple. Aujourd'hui, les Français ne croiraient plus à un homme
providentiel. Reste qu'un présidentiable ne gagne pas ses galons au
nombre de propositions concrètes, de dispositions techniques, qu'il
additionne.
Le secret d’un futur président réside dans sa capacité à impulser un
souffle. Le souffle est la possibilité de transformer, de tracer un
chemin, de faire surgir l'espoir que demain peut être meilleur
qu'aujourd'hui. Pas le grand soir, mais la capacité de transformer le
réel, d’écrire à un moment donné l'Histoire, en acceptant toutes les
contraintes pour créer tous les possibles. C’est encore donner à
chacun, et à tout un peuple, l'espoir de l'action, l’espoir d'aller
de l'avant sans regret mais dans le respect de son essence. Une telle
force emporte et appelle chacun à travailler au futur commun. Un tel
destin se forge dans le silence et l'obscurité des viscères de la
terre, là où l'union du cuivre et de l'étain forme l'airain.

Depuis plusieurs mois déjà, Ségolène Royal occupe la crête des
sondages. Certes, aucun sondage n'a jamais fait un Président. Mais
l’actuel écart entre Ségolène Royal et ses poursuivants fait
symptôme. Il nous révèle en écho ce qu’attendent les Français.
Ségolène Royal représenterait-elle l’alternance symbolique
susceptible d’être la promesse du renouvellement et du changement
tant attendus?
Elle incarne sans conteste le terrain et le concret. Loin des
discours et des postures, qui ne produisent que du bruit, elle paraît
affronter les problèmes qui préoccupent nos concitoyens. Non pas du
point de vue des hauteurs ensoleillées, dans l'air frais et pur de la
distance esthétique, mais au contact des réalités.
Les Français se rendent bien compte que leurs problèmes ne peuvent
pas tous être résolus du jour au lendemain. Toutefois, ils savent
aussi que si les hommes politiques ne vont pas sur le terrain pour
voir et résoudre les problèmes là où ils sont, ils ne le seront jamais.
L’heure d’une politique incarnée est venue.
Ce qui signifie qu’on ne peut dissocier un projet de celui ou celle
qui le porte. Les idées ne sont pas de pures entités abstraites,
elles sont d’abord un corps à l’oeuvre. Comme telles, et seulement
dans leur incarnation, elles peuvent emporter ou séduire. Il n’y a
pas d’abord un projet puis une personne : le projet est la personne,
la personne est le projet. La manière dont prends corps le discours,
sa façon de résonner plus ou moins consciemment, sont décisives.
Ainsi les Français attendent aujourd’hui une voix qui soit le point
d’équilibre entre le changement et la continuité, les risques de la
mutation et les sécurités de la tradition.
A l’échelle de la pratique politique, l’incarnation nécessaire se lit
dans un socialisme pragmatique qui prend ses solutions là où
concrètement « ça marche ». Le « parler de gauche » ne suffit plus.
Tant mieux. De plus en plus compteront les seuls actes et résultats,
c'est-à-dire la transformation concrète de la société, le progrès et
la justice sociale réalisés par petits pas.
La démocratie participative, tant défendue par la candidate
potentielle, n'est pas uniquement une délégation de pouvoir, c'est
aussi une façon de gouverner. Trouver des solutions adaptées à chaque
situation, à partir des enseignements de l’expérience, et non pas en
catapultant d'en haut des solutions toutes faites et impuissantes.
L’heure est venue pour une action éloignée de tout dogmatisme et des
idées reçues, pragmatique et adaptée à chaque situation.

Ségolène Royal incarnerait-elle un nouveau mode d’action publique,
une nouvelle façon de faire vivre la puissance étatique?
A elle de le démontrer jusqu’au bout.
A ses concurrents de changer le dire et le faire, à son exemple, pour
mener le parti socialiste sur les chemins de la rénovation et du
pouvoir.
Les Français suivront celui ou celle qui incarnera au mieux cette
politique de mouvement et d’actes, la seule qui aujourd’hui nous
donne à désirer.
Alors le futur sera prometteur d'avenir et c'est cela dont la France
a vraiment besoin.


Maurizio Rofrano, étudiant, militant socialiste
Jean-François Pascal, conseiller politique, Délégué National à la
lutte contre les discriminations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Le tout sauf Ségolène ne passera pas par moi   Sam 21 Oct - 14:06

Chers camarades

Pour faire suite au message de Jean-François PASCAL.
Le tout sauf Ségolène Royal ne passera pas par moi non plus.

Lors de son voyage en Chili, certains ont pressenti chez Ségolène ROYAL, une candidate potentielle sérieuse. Jean-Marie BOCKEL faisait partie de ceux-là, il s'en était exprimé auprès de jeunes étudiants de Dauphine (nous étions quelques uns de R2, qui faisait ces premiers pas). Il m'avait convaincu.

Comme beaucoup (pour ne pas dire tous) de sympathisants du réseau R2, j'ai été largement enthousiasmé par les propos de Ségolène ROYAL sur le blairisme.
Par la suite certains d'entre nous ont fait la fine bouche sur ces propos sécuritaires, d'autres comme moi ont applaudis des deux mains.
Depuis cette époque, je n'ai pas trop décroché, au point que j'ai adhéré au comité local de Désirs d'Avenir, tant j'ai vu dans ce projet politique au sein du PS une réelle générosité et une aventure politique nouvelle.
J'ai soutenu la candidate aux législatives qui était désirs d'avenir, contre celle qui était SD, bien m'en a pris : je suis pressenti comme directeur de campagne.
J'ai rencontré parmi les militants adhérents de désirs d'avenir ; nombres de personnes qui recouvrent une sensibilité politique proche de celle de socialistes libéraux que nous sommes.

Et puis est tombé, il y a quelques jours maintenant le raliemment d'Arnaud Montebourg. J'étais à la fois ravi, car au sein du PS le bonhomme a su dire ses vérités et teriblement inquiet car j'ai le goût amer du NON au TCE, qui me revenait en bouche.

J'avoue que je me suis retranché dans une position d'attente car j'espérais secrétement un rejet du camp de Ségolène Royal, tout en me disant que cette rupture sonnerai sans doute le glas de la popularité de le reine des sondages. Mais de toute façon je pensais que cette alliance contre nature à mon goût conduirait elle aussi à un échec rapide.
Rien de tout cela ne s'est produit et c'est très bien.

Au contraire je suis heureux de voir comment ces deux là ont su fusionner leur projet. Procédant d'une même démarche, avec une envie sans doute semblable de réaliser et d'aboutir à un socialisme de vérité.
J'avoue que je me suis sans doute un peu trompé sur Arnaud Montebourg, dont les propos des dernières interviews m'ont enchanté.
J'ai bien l'impression que le projet socialiste prend un peu plus d'ampleur avec ce nouvel arrivant. Je me souviens qu'à la différence d'autres membres du PS, il n'a pas fait campagne contre la démocratie du PS, et que l'expression de son NON s'est limité à la campagne interne, je me souviens aussi de son manque d'enthousiasme à ralier la motion majoritaire et son vote blanc sur le projet des socialistes.

Bien sur que je suis toujours dans l'attente de savoir ce qu'il restera des idées libérales, mais je sais déjà que Ségolène et lui sont bien décidés à envisager la politique du PS, sans un certain nombre de dogmes qui nous encombrent. Alors je me dis qu'il faut y aller et croire en ceux là.

Jean-Louis LE BERRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le tout sauf Ségolène ne passera pas par moi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout le monde déteste... sauf vous
» article-payer les mères à la maison,tout le monde y perdrait
» Roch Voisine - sauf si l'amour s'évapore
» Je change tout le temps d'avis...
» Mon blog pas du tout Dukan ... plutot chiffons...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réformisme et rénovation (R2) :: Débats, idées et propositions :: Au PS-
Sauter vers: