Réformisme et rénovation (R2)

Pour un socialisme pragmatique : prolonger la motion 4 dans le PS
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dans ma section...

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Dans ma section...   Mer 10 Mai - 20:45

( Messages Admin repris du forum yahoo )


Ça plombe l'ambiance
Alors que je me préparais à vous adresser quelques réflexions personnelles sur la nécessaire « revalorisation du travail », je reçois d'un camarade de section du PS le texte suivant :

Citation :
« Petite rectification : au lieu de "classes moyennes et supérieures" écris "patronat et couches aisées". En effet, dans la société capitaliste actuelle, il n'y a plus que trois classes
sociales, définies par leur place dans les rapports marchands capitalistes (leur place par rapport à l'usage de la force de travail) :
1- les salariés (ou le prolétariat), qui vendent leur force de travail contre un salaire,
2- les capitalistes (ou le patronat), qui achètent la force de travail à l'aide du capital qu'ils ont accumulé,
3- les travailleurs indépendants (petits commerçants, artisans, paysans,professions libérales), qui ne vendent pas et n'achètent pas de force de travail (et sontsouvent sous-
traitants ou clients de monopoles).
Parmi les salariés, il existe différentes couches (cadres, salariés qualifiés,sous-qualifiés,chômeurs, …), qui sont définies par le degré de dépossession de leur travail(les rapports
entre ces couches portent sur la maîtrise du travail) et non par leur niveau de revenu.
Le vocable de "classes moyennes" a une fonction idéologique : celle de cacher l'unité d'intérêts du salariat pour tenter d'opposer ses couches entre elles en cultivant la peur
devant les couches les plus dominées et pour créer ainsi des divisions.

Cependant, en comprenant que tous les salariés ont un intérêt commun qui est plus important que les différences d'intérêts qui les séparent en différentes couches, et donc en comprenant que le moteur de leur activité sociale et politique réside dans la
défense de leur intérêt, nous ne devons pas tomber dans le piège de donner aux revendications sociales une réponse politique en termes d'intérêts, ni au nom d'un intérêt commun, ni d'un intérêt majoritaire, ni d'un intérêt général. Nous devons répondre en
termes de droits démocratiques, d'universalité des droits et donc d'égalité des droits (voir ce que dit Marx dans les "Manuscrits de 44").

En effet, si nous répondions en termes d'intérêt commun, nous devrions déterminer la population de référence au sein du peuple (tout le salariat ? le salariat et les travailleurs indépendants ? quelle population définie selon des critères objectifs et publics
? ou quelle communauté rassemblée par une identité subjective ?). Or, plus on rétrécirait cette population, plus on affaiblirait son rapport de forces, moins on remettrait en cause le désordre établi. Mais, plus on élargirait cette population de référence, plus on rétrécirait l'intérêt commun, plus on passerait à côté de ce qui est essentiel, moins on serait capable de mobiliser et moins on remettrait en cause ce qui est.
De même l'intérêt communautaire n'ouvrirait pas la voie à l'égalité des droits.
Il opposerait les communautés entre elles et favoriserait la guerre de tous contre tous. En outre, il irait à l'encontre du principe d'attribution individuelle (et non collective) de
droits, selon des critères objectifs.
Si nous répondions en termes d'intérêt majoritaire, nous devrions choisir parmi toutes les options qui permettent de constituer une population majoritaire. On pourrait ainsi passer tout à fait à côté de l'essentiel et, notamment, aller à l'encontre d'intérêts
essentiels d'une minorité, par abus de pouvoir de cette majorité.
Enfin, si nous voulions répondre en termes d'intérêt général, nous devrions étendre à tout le peuple la population à prendre en compte. L'intérêt général en serait d'autant plus réduit et l'essentiel (le choix entre l'intérêt des salariés et celui des
capitalistes) serait évacué.

Si, pour cacher les contradictions d'intérêts, nous définissions l'intérêt général non par référence à une population concrète mais par référence à une entité abstraite, la "nation"(avatar public et forme fétiche de la "nationalité" privée), alors nous donnerions à la "nation" la fonction d'une population universelle, nous adopterions la préférence nationale.
Les nationalistes (de Pasqua à Le Pen, qui se disent souvent républicains ou souverainistes) identifient l'intérêt général à une abstraction, l'intérêt "national" : la souveraineté populaire, de tous les citoyens, est remplacée par la souveraineté nationale,
de ceux qui se sentent vraiment des "nationaux".

Pour les libéraux, l'intérêt général résulte de la libre confrontation des intérêts particuliers : le moyen en est donc la "liberté", conçue comme absence d'obligations d'origine publique
ou privée, l'égalité disparaît. Les bonapartistes confient la défense de l'intérêt général à un homme providentiel, qui a le sens de l'Etat ou de la nation. Les nationalistes considèrent
que l'Etat-nation est la meilleure garantie de l'intérêt général ou de l'intérêt national dominant. Les communautaristes considèrent l'autonomie culturelle comme la garantie des intérêts communs et conçoivent, éventuellement, l'intérêt général comme
résultat d'une harmonisation étatique.

Si on est convaincu que des intérêts particuliers inconciliables ne peuvent pas déboucher sur un quelconque intérêt général, alors on comprend qu'il faut construire une réponse générale qui va donner satisfaction à certains intérêts mais pas à d'autres.
Pour que la réponse soit générale, elle doit pouvoir être la même pour tous et supprimer les oppositions d'intérêts.
C'est pourquoi nous la formulons en termes de droits universels et d'égalité des droits et non en termes d'intérêts : elle fonde la conception républicaine qui s'attache à la démocratie, à la suppression de toute domination (voir "Le républicanisme" de
Philip Pettit). La conception républicaine a présidé à l'ère des révolutions démocratiques, de la révolution hollandaise de 1580 à la révolution française et fut développée par la filiation
qui relie Machiavel, Montesquieu et Marx, selon lesquels les sociétés reposaient sur des conflits d'intérêts et non sur un contrat social. La conception libérale,centrée sur la liberté
d'entreprendre et développant les fictions du contrat social et de l'intérêt général, est devenue dominante au XIX° siècle grâce à la puissance croissante de la bourgeoisie,poussée par la révolution industrielle.
Contrairement aux conceptions libérale, bonapartiste ou nationaliste, la conception républicaine ne repose ni sur l'intérêt général, la liberté ou la nation, ni sur l'intérêt
communautaire, majoritaire ou minoritaire, mais sur la démocratie, c'est-à-dire la souveraineté populaire, l'universalité et l'égalité des droits.

Mais cet universalisme est une construction. Il résulte de choix entre des intérêts particuliers, en ne retenant que ce qui peut s'exprimer en termes de droits universels.
Chaque étape de cette construction fait l'objet d'un jugement politique pour garder la solution qui paraît la plus conforme au critère de l'universalité et donc de l'égalité. Il s'agit d'une démarche empiriste, inductive : cette construction se renouvelle avec chaque nouvelle expérience. Il ne s'agit pas d'un universalisme abstrait, qui découlerait d'un dogme atemporel, comme si les droits pouvaient être fixés une fois pour toutes,
quels que soient les moyens nécessaires à leur respect.

Bref, nous devons construire nos réponses politiques sur l'universalité et l'égalité des droits, mais ni sur l'intérêt général, ni sur l'intérêt national, ni sur l'intérêt communautaire.»

Indigeste certes, mais aussi assez inquiétant. Il est parfois difficile depenser que nous sommes ensemble dans le même Parti. Mais peut-être que je n'ai pas bien compris,je vais
relire encore une ou deux fois !

Léoneck



Re :


Je crois que ces gens-là (en tout cas au travers du discours rapporté par Léoneck) :
- commettent une confusion (plus ou moins involontaire) entre les notions d'égalité des droits et égalité de conditions : ils se réclament de l'égalité des droits... en rêvant de l'égalité des conditions ;
- pensent (à tort) que le bonheur est un "gâteau fini", dont les acteurs doivent se disputer les parts de façon antagoniste ;
- pensent (à tort) que la richesse est un "gâteau fini", où un euro gagné ici est nécessairement volé ailleurs sur le dos de quelqu'un d'autre...
- pensent (à tort) que le "bonheur" est proportionnel au revenu ;
- pensent qu'un chef d'entreprise (et créateur de richesses et d'emplois) n'est pas un "travailleur"...
Ils ne peuvent donc pas facilement comprendre la notion "d'intérêt général" et sont condamnés à raisonner en terme d'intérêts antagonistes de "classes"...
On n'a décidément pas fini de (re)faire de la philosophie politique et de la pédagogie ! A lire notamment sur ce sujet : "Egalité, envie, exploitation" dans Anarchie, Etat et utopie de Robert Nozick (Puf, Libre-Echange)...
Bonne soirée à tous !
 
Christophe Chomant



Re :


....ce n'est hélas pas qu'une provocation mais un mouvement de fond de l'aile gauche du parti redevenue influente(Manuelli) qui fait resurgir les vieilles lunes de la foi marxiste et occulte les conséquences dramatiques(humaines, économiques, écologiques..) de la mise en oeuvre de ces théories. .
Alors, s'il faut parler philosophie J'aimerais que notre groupe se revendique clairement de celle de Camus: tolérance, liberté, responsabilité individuelle et collective des individus
Je propose une seule citation de l'Homme révolté :
" ...Finalement  je choisis la liberté. Car même si la justice n’est pas réalisée, la liberté préserve le droit de protestation contre l’injustice et sauve la communication. La justice dans un monde silencieux, la justice des muets détruit la complicité, nie la révolte et restitue le consentement, mais cette fois sous sa forme la plus basse. C’est ici qu’on voit la primauté que reçoit peu à peu la valeur liberté
 
bien cordialement à vous
Guy Noailhet
 


Autre message :

Voici le texte que j'ai envoyé site du Projet Socialiste :

Pour respecter le Calendrier proposé, avant de confronter nos idées avec nos partenaires pour l'établissement d'un CONTRAT DE GOUVERNEMENT, nous devons définir notre propre PROJET SOCIALISTE qui doit être adopté, à l'unanimité des courants internes.
Mais pas seulement. Il doit aussi être suffisamment consensuel pour nous valoir l'adhésion de l'électorat du « Peuple de Gauche » sans lequel aucune victoire n'est possible.
Notre PROJET ne peut-être un catalogue de bonnes intentions, de promesses utopiques. Il doit être crédible, réaliste et s'inscrire dans le contexte économique de la France d'aujourd'hui. Si notre aspiration première est de concevoir un monde meilleur, plus juste, plus solidaire, nous avons l'obligation de justifier la faisabilité de nos choix. Nous ne sommes pas un Parti révolutionnaire, mais un parti de Progrès. C'est cela notre
différence vis-à-vis des forces conservatrices. Arrivés au pouvoir, les règles du jeu international resteront à l'identique. Bien sûr nous pourrons défendre nos propositions auprès
de nos « partenaires », mais espérer convaincre seulement, et non pas imposer.
Notre PROJET devra être chiffré honnêtement, en termes de recettes et de dépenses. Le financement d'une politique par le recours à l'accroissement de la DETTE PUBLIQUE n'est plus tolérable. Nous ne pouvons léguer aux générations futures le prix de nos chimères.
L'objectif de notre PROJET ne doit pas être de faire rêver, mais de faire espérer, de faire croire que le changement est possible.
Alors, il est grand temps de mettre l'imagination au pouvoir.


Dernière édition par le Dim 14 Mai - 14:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Dans ma section...   Dim 14 Mai - 14:17

Ayant été accroché sur le site du PROJET SOCIALISTE, voici la réponse que je viens de leur adresser :
"LE PEUPLE DE GAUCHE.
Certains me reprochent de faire régulièrement référence au « PEUPLE DE GAUCHE ».
Je vais donc m'expliquer.
Il existe une poche, un réservoir d'électeurs, parfois même non-inscrits, peu politisés, mais qui, dans leur cœur, aspirent à un idéal proche de l'idéologie de gauche modérée, non révolutionnaire. Ils ont le cœur à gauche.
Souvent abstentionnistes, ils vont se décider de façon circonstancielle. Pour des municipales ils peuvent accorder leur confiance à un homme, sans s'attacher à son étiquette politique, mais qu'ils pensent apte à gérer leur commune (Toulouse, ville rose, en fut un exemple avec à maintes reprises avec Dominique Baudis).
Pour des présidentielles, soit un candidat leur convient, soit ils s'abstiendront, soit ils voteront pour s'opposer à un candidat qui leur déplaît (besoin d'un exemple ?). À d'autres occasions, ils vont éventuellement faire un choix de « cœur », ou s'abstenir, ou avec un
certain plaisir planter quelques banderilles à une majorité trop puissante à leur goût. La cohabitation ne leur déplaisait pas.

À mon sens, cette « gauche de cœur » fait et défait les majorités. Alors, je les inclue dans le PEUPLE DE GAUCHE qui va des extrêmes, nos intégristes, aux centristes de gauche. Et ce ne sont ni les militants, socialistes (dont je suis) ou autres, ni les syndicalistes, qui porteront seuls la gauche au pouvoir, mais bien l'ensemble de ce PEUPLE DE
GAUCHE.
Désolé si je plombe l'ambiance. Il faudra faire avec ou renoncer.
Nous ne pouvons ni les ignorer ni les mépriser, mais les convaincre que nous leur apportons l'espoir !
Amitiés socialistes
Léoneck"


Bon, je n'étais peut-être pas très en forme, mais votre aide sur ce forum,
serait bienvenue.
C'est la où nous sommes au contact avec les camarades à qui il nous faut
expliquer et argumenter nos options.
Amicalement
Léoneck



Autre message :

Hier soir en AG de section, le PS s'est complimenté du retour en Régie
Municipale des transports publics de l'agglomération toulousaine. Choix exemplaire en ces temps
de mutation vers la gestion privée. Face à la liesse générale, je m'interrogeais sur la position de la Motion IV.
J'ai simplement émis un vœux qui a plombé, momentanément, l'ambiance :
« Puisque le Président du Conseil Général nous assure à longueur de discours que c'est l'intérêt des usagers qui a gagné, pourquoi ne s'engagerait il pas à présenter,
dans deux ans, un bilan complet de cette gestion à soumettre à un référendum d'intérêt local ? Je vous dis, un soudain coup de froid !
Plus sérieusement, ne pourrions-nous ouvrir, ici, un débat sur ce thème
périlleux entre tous ?
J'espère vos réflexions
Léoneck


Autre message :

Je viens de recevoir le compte rendu d'une réunion de section.
Je lis :
- Infos nationales :
Dénonciation de la prise de position social libérale de Ségolène Royal
en contradiction avec la synthèse qu'elle a elle-même signée

Je souhaiterais savoir d'où peut venir cette information.
Si vous avez eu vent d'un comuniqué de la direction du Parti, qui irai
dans ce sens.


Jean-Louis LE BERRE


Re :

A Jean-Louis Leberre
Depuis 81, on dit qu'au PS, il y a plus de courants que de Lumières. C'est aussi valable dans nos Sections qui, aujourd'hui, persévèrent dans les remous de l'après-Congrès du Mans, pour valider du bien fondé de leurs certitudes dogmatiques.
Ce n'est pas bien grave, je connais pire encore dans la mienne. Le principal est, d'abord d'apaiser ces conflits dépassés,
et de porter fort et haut une vision Socio-libérale.
L'important, c'est de s'imiscer dans les débats pour argumenter sur nos convictions. Et tenter de convaincre les camarades à l'écoute.
Quant aux attaques portées contre les candidats non encore déclarés, il ne faut pas aller plus vite que la musique. Chaque chose vient en son temps ;
Ce qui m'inquiète le plus, ce sont les arrangements que sont en train de nous mitonner nos ténors, plus préoccupés du partage de l'éventuel gâteau dont nous serons, forcément, les cocus. Un ami, militant de longue date, m'expliquait que les empêcheurs de tourner en rond,
dans le Parti, c'est le militant de base, dont je suis.
Amitiés Socialistes
Léoneck


Autre message :

ce soir par exemple, je suis convié par les animateurs de l ex Motion 1 dans la section Paris 17eme à me rendre à une réunion "motion 1"
Je pensai que cette appellation Motion 1 n avait plus court dan sla mesure ou le Congres du Mans a débouché sur une synthèse.
Dans vos sections, ces clivages d avant Novembre ont ils encore cours ?



Re :

Mon cher Régis,
A ta question : "les clivages motionnaires existent-t-ils dans vos sections ?" : la réponse est clairement : OUI
C'est justement sur ce point assez particulier que j'ai compris ce qui ne fonctionnait pas au Parti Socialiste.
J'avais jusqu'à mon arrivée une vision noble de la politique et des militants qui s'engageaint dans la vie politique.
Puis en arrivant dans la section de Puteaux, j'ai découvert ce que je n'avais jamais soupçonné :
On peut se battre pour un bout de caillou, jouer sur le mental des hommes, parcourir les conclaves et tout faire pour faire gagner "son" camp.
Débats après débats, réunions après réunions, l'on constate que l'on parle rarement des gens pour lesquels nous sommes censés nous battre : nos concitoyens.
Certains vous assaillent de "camarades", vous font croire à la fraternité socialiste et cherchent par tous les moyens à vous faire basculer dès que leurs propres intérêts sont menacés.
L'ex motion 4, à été pour moi une excellente occasion d'ancrer mes convictions les plus fortes, de rêver à une gauche intelligente et réaliste, et à me démarquer des luttes de pouvoir.
Je n'avais jamais été aussi populaire, et c'est très amusant de se faire graisser la patte par celles et ceux qui ont été vos principaux opposants il y a encore quelques semaines.
Dernier point - certainement le plus essentiel - il existe une catégorie de militants tenaces au PS. Ils forment le gros des troupes et rejaillissent dans la vie de tous les jours.
Je leur ai trouvé un nom :

LA REPUBLIQUE DES LECHES POMPES

Ces gens, bénis oui oui parmi les bénis oui oui, qui n'osent jamais affirmé leurs propres convictions, et qui se laissent entraîner au grè des modes et des mouvements sociaux.

Ils vénèrent leurs élites car les envient.... Ils n'ont malheureusement pas compris que dans une société moderne, ce n'est pas forcément le plus diplomé qui gagne ses lettres de noblesse et que la proximité est importante.

Il faut réussir à toucher les gens sans les mépriser ou les prendres pour des gogos.

Notre courant est primordial à mon sens, car même si nous sommes en mesure de nous compter (670 au dernier Congrès), nous refusons le principe de nous coucher.

JMB avait dit que personne au PS ne lui faisait de misères, car pour Hollande et Strauss Khan, cela leur permettait d'avoir une caution de "plus à droite" qu'eux au PS.

Et comme m'a dit un "camarade" le soir de mon intervention à Suresnes : "j'adore ! le pire c'est que tu as raison, dans 10 ans tout le monde parlera comme (toi) vous....: une fois le papy-boom terminé !".

Notre vision d'avenir est peur être ici !

Cordialement,

Régis Sada



Re :


Dans les Sections
Depuis le congrès du Mans, ma Section XII (Toulouse), vit sous le régime de la séparation.
D'une part, le secrétaire de section, dont l'élection avait été momentanément contestée, plus validée, et ses compagnons de motion 5, et d'autre part, les transfuges motion I et II.
Personnellement je participe très activement aux CA et AG. Et, étant seul motion IV, je revendiquais d'être convoqué aux réunions des deux groupuscules, sans grand succès.
Après avoir contesté, hurlé à la honte et remué ciel et terre, avec quelques amis, nous venons, sans doute d'aboutir à la programmation d'une réunion de CA, le 4 mars, qui réunira les meneurs des deux groupes. Au cours de cette réunion, sauf accrochage grave,nous pourrons lancer une convocation officielle à l'ensemble de la section pour une véritable AG de ré-union.

Je crois que cela va aboutir. J'ai, personnellement, insisté pour qu'i n'y ait,ni d'une part, ni de l'autre, de demande d'excuses.
Je vous avoue avoir très mal vécu cette sinistre période d'intolérance, subodorant des manipulations à des fins inavouables, dans la perspective de la prochaine
désignation des listes éligibles.
Si nous réussissons cette ré-union, j'espère que nous pourrons enfin passer à une phase de dialogue, d'explication et d'action.
Et j'en serais assez fier !
Amitiés
Léoneck



Autre message :


Bonjour
Intéressante réunion de ma section XII (Toulouse) toujours à effectifs réduits du fait de l'absence du groupe motion1.
À l'ordre du jour un débat sur le CPE. Bien sûr la majorité des participants, motion V, poussait à la mobilisation générale pour des manifs de harcèlement contre tout : le CPE, CDI,CDD, le gouvernement, le MEDEF…

Mais quelques voix se sont élevées pour demander plus de pondération. Et surtout, un camarade, responsable régional de l'enseignement agricole qui a mis en garde contre la mobilisation irresponsable des collégiens dont il prévoit les risques avérés de débordement et violences.
J'ai personnellement insisté sur le comportement peu démocratique du PS qui, par tactique, tire sur tout ce qui bouge faute d'avoir de propositions concrètes à formuler.
Le chômage, et en particulier des jeunes, est certes un problème crucial pour notre société. Mais il conviendrait de prendre des mesures énergiques pour booster l'économie et l'offre d'emploi suivrait.

Huées dans l'assistance qui proposait de légiférer pour forcer l'emploi – réduction du temps de travail, recrutement dans la fonction publique- pour retrouver l'Eldorado !

Fait nouveau, je me sens moins seul.
Amitiés socialistes libérales
Léoneck
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Dans ma section...   Dim 21 Mai - 1:44

d) MA SECTION !!!! un véritable bonheur. Depuis plusieurs mois j'ai
choisi de jouer la politique de la chaise vide.
En effet, Puteaux semble sclérosé dans ses querelles internes et
pour la désignation de la candidate qui affronterai Sarkozy en cas
d'échec à la Présidentielle, pour une législative, j'assiste à des
attelages inter-motions qui détonnent.
Par contre, sur le futur projet municipal rien de rien.
Si, à ce jour le seul militant ayant soumis un petit lexique de
mesures pour le projet local s'appelle....Régis Sada ! :-))
A ce sujet je me suis entendu répondre sans rire :"toi tu penses
qu'aux habitants et tu te fout de la vie de la section".....elle est
bien bonne celle-là !

A vous lire mes amis...

Régis Sada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Dans ma section...   Sam 27 Mai - 12:20

Bonjour à tous
L'AG de la section XII Toulouse sur l'immigration du 23 mai.
Nous étions 25 ce qui est le score habituel (sur 120 encartés). À noter l'absence du secrétaire (motion V) pour raison de santé ! En réalité « les purs et durs » ont le moral dans les chaussettes, ils pensent que la révolution tant espérée leur passe sous le nez.

4 nouveaux inscrits (promo Lang), il devrait en arriver une douzaine.
À l'ordre du jour : l'immigration. Première tentative de débat depuis que je suis inscrit. La première mi-temps, une critique sur le projet de Loi Sarko, comme dab. Puis un exposé assez précis par un camarade algérien, immigré de longue date, très impliqué dans une association d'aide dans le quartier. Très clair, précis, indispensable. J'apprécie beaucoup cet homme. Le challenger de la motion I, attaché parlementaire de la députée sortante et secrétaire d'une commission à la Fédé31, a présenté une version semi-officielle du Projet émaillée d'anecdotes personnelles, emberlificotée dans les compromissions. Tollé chez les
« jusqu'au-boutistes ».

Le calendrier de juin est très chargé : vote sur les candidates à la candidature pour les législatives, débats sur le Projet, vote sur le Projet…
Nous entrons peut-être dans une phase plus intéressante de la vie de la section.
Et vous, où en êtes-vous dans vos sections ?
Amitiés libérales et socialistes
Léoneck
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Dans ma section...   Sam 10 Juin - 1:13

Bonjour à tous
J'ai incité cinq de mes amis à s'inscrire au PS avec la Promo « Lang ». Petit résultat mais j'en
suis assez fier.
Maintenant je vais les accompagner à leur première invitation dans leurs sections respectives.
Deuxième étape, je vais leur demander de s'inscrire à R2. Pour cela je leur adresse
aujourd'hui un mail résumant notre origine dans la motion de JMB, nos positions et l'intérêt
de promouvoir nos idées au sein de nos sections.
Les prochains débats sur le Projet devraient nous permettre d'affirmer notre existence.
Les jours qui viennent sont importants pour nous et j'espère que Jean-François Pascal et
Maurizio Rofrano nous conseilleront une stratégie coordonnée.
Amitiés
Léoneck
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Dans ma section...   Sam 24 Juin - 12:25

Bonjour à tous,

Hier soir j'ai assisté à la réunion de ma section pour la
désignation de la candidate socialiste qui affrontera (en théorie)
Nicolas Sarkozy sur notre circonscription de Neuilly/Puteaux.

Pour info : Nadine Jeanne à été désignée avec son suppléant François
Top.

Le vote sur le projet est prévu la semaine prochaine, mais j'ai
insisté pour que nous évoquions cela en réunion.

- je suis soulagé : nombreux sont les camarades qui dénoncent un
projet "d'en haut" sans aucune concertation avec la base et avec les
attentes des citoyens.

- le côté "élitiste" du projet est décrié, tant le texte dans son
ensemble ne parait pas en mesure d'être à la hauteur des attentes du
terrain.

- le fait que les militants soient placés si rapidement devant un
vote provoque l'ire de la plupart des militants et beaucoup
choisiront de voter CONTRE ce projet et sa version lifté (amendée).

- le texte est perçu comme creux et très évasif sur de nombreux
sujets. Notamment sur les domaines "réservés" de l'éducation ou de
la santé.

- bonne nouvelle : je pense avoir gagné les faveurs de quelques
militants pour le prochain Congrès....et j'ai renouvellé ma
cotisation pour 2006 :o)

Conclusion : beaucoup d'inquiétude sur le terrain et de nombreuses
réserves sur le cas "Ségolène" qui est loin de faire l'unanimité
dans les rangs. Point rassurant pour 2007, les militants semblent
plus que jamais déterminés à se faire entendre et ne pas accepter
les décisions de Solférino comme des moutons.

Cordialement,

Régis Sada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Dans ma section...   Lun 26 Juin - 0:06

J'ai assisté mardi soir à ma première réunion de section.
M'étant trompé de chemin, j'arrive avec 10 minutes de retard. Le
responsable de section était en train de faire une présentation. La
salle est pleine, je déplie une chaise au fond et m'assois.
Nous étions une quarantaine. Les nouveaux adhérents étaient
majoritaires ce soir. La section est passée de 70 à 115 membres avec
la récente vague.

La présentation est un peu ennuyeuse selon moi, à propos de
l'actualité, discours au ton convenu politique.
Puis présentation du projet par un conseiller régional, qui sera
candidat suppléant aux législatives, intéressant. Quelques réserves,
le smic à 1500 euros sera atteint tout seul, et au niveau du
chiffrage, c'est un projet qui s'étend sur deux législatures...
Egalement présence intéressante du vice-président du conseil général.

Puis débat : nombreuses questions évoquées. Les nouveaux adhérents
qui ont pris la parole étaient plus souvent critiques. L'un à
commencé par " moi j'ai voté parfois à droite parfois à gauche, et
j'ai du mal avec ce projet", un autre "ne veut pas que le parti
socialiste refasse comme avant, que Jospin avait dit avec raison que
l'Etat ne peut pas tout"

Deux interventions " gauchisantes " seulement sur les 25 prise de
parole.

Je suis intervenu en dernier, sans présenter d'emblée mes
orientations politiques. J'ai dénoncé la renationalisation d'edf, ai
parlé du nécessaire discours de vérité à tenir, encore insuffisant
sur quelques points, et sur les 35h, pour souligner les inégalités
entre ceux qui en bénéficient et les autres, mais aussi la nécessité
de prendre en compte l'intérêt économique not des PME. Enfin j'ai
regretté que les conclusions du bilan prévu soient déjà tirées, vu
que les mesures sont annoncées dans le paragraphes suivant...

Le conseiller régional a répondu son accord avec moi, sans
évoquer edf. La tonalité était sociale-libérale à la tribune,
intéressante. J'ai appris que la majorité était ici motion 1.

Aujourd'hui, pour le vote, j'ai encore discuté longuement avec le
secrétaire de section, qui soutien DSK. Il m'a interviewé pour le
journal de section, je lui ai dit mon attachement à la motion 4, il
m'a dit qu'on allait bien s'entendre, qu 'il fallait rejoindre DSK.
J'ai parlé de R2.
Il m'a dit qu'il mettrait pas forcément motion4 dans l'article,
sinon certains me tomberaient dessus. ( "les autres" ) J'ai affirmé
ne pas vouloir me cacher. Mais chaque chose en son temps.

Prochaine réunion en septembre !!! Comparé à l'activité sur R2 !
Je vais essayer de relancer le blog de section...
Peut-être pourrais-je participer aux commissions administratives,
en tant que représentant motion 4 ( car y participent les
représentants de motion : 5 M1, 3NPS, 1M2 ).

Intéressant en tout cas. Sympatisé avec plusieurs personnes..


Quand au vote, j'ai finalement voté "non". Ma motivation a été,
compte-tenu des défauts du texte, largement médiatisés, de dire que
certains au PS pensaient différemment, et ainsi pouvoir attirer des
gens de l'extérieur. Une unanimité repoussera quiconque n'est pas en
phase avec le projet.

Bonne nuit sociale-libérale

Romain Janhsen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Dans ma section...   Sam 21 Oct - 14:25

Suite aux différents messages envoyés dasn les Yvelines pour célébrer la création de R2. J'observe trois types de réaction.


- ça m'intéresse. (Les anciens de la motion 1 et quelques nouveaux)

- bande de libéraux ! (les camarades socialistes marxisants)

- vous risquez l'affaiblissement en proposant quelque chose qui n'est pas dans la ligne. ( des nouveaux, qui arrivent avec le syndrôme 21 avril, et des camarades motion 1 tendance molasse)

Jean-Louis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Dans ma section...   Sam 21 Oct - 14:25

Bonjour Jean-Louis et à tous,

Tes remontées sur le 78 sont relativement conformes aux réactions
constatées au sein de ma section de Puteaux.

J'ajouterai simplement que les "mollases" de la 1 :o) sont de plus
en plus intrigués (ou craintifs) de suites données à leur propre
motion.

Outre nos amis gauchistes indécrottables, la réaction est
généralement plus un sourcillement au niveau des yeux et une moue au
niveau de la bouche (sans les dents)....

Ce qui reste acquis et difficilement acceptable pour nombre de
militants, c'est la jonction entre socialisme et libéralisme....

En ce qui concerne Neuilly et Puteaux, nous avons prévu une Fête de
la Rose courant octobre. Je pense présenter à cette occasion un
petit récapitulatif de nos propositions et les amendements que nous
avons réalisé sur le projet socialiste.

Cordialement,

Régis Sada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans ma section...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans ma section...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» perte du doudou la nuit dans le lit
» Cadets de Marine dans la presse Actu24
» Le général d’armée 2ème section Bruno DARY et le devoir de réserve !
» Royal Navy Section Belge
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réformisme et rénovation (R2) :: Débats, idées et propositions :: Au PS-
Sauter vers: