Réformisme et rénovation (R2)

Pour un socialisme pragmatique : prolonger la motion 4 dans le PS
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les grandes orientations

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 16:33

Le réseau Réformisme et Rénovation fait appel à tous les membres du Parti Socialiste (et aux sympathisants en voie d'adhésion) qui partagent l’essentiel des valeurs, objectifs et outils déclinés dans le texte de la motion 4 présentée au Congrès du Mans en 2005 et exposés dans le manifeste fondateur.
Le réseau R2 s'adresse à tous ceux qui souhaitent défendre et illustrer son choix de la rénovation et de l’action réformiste.
R2 s’engage dans une démarche politique, et non seulement intellectuelle, au sein du Parti Socialiste. Dans un esprit de responsabilité et d’utilité, nous souhaitons travailler à la victoire d’une gauche de gouvernement et favoriser l’unité du parti autour de son identité réformiste.
Le réseau Réformisme et Rénovation réunit les militants socialistes qui souhaitent forger, au sein du parti, un socialisme pragmatique capable d’inventer de nouveaux outils de justice et de progrès.
Nous ne voulons pas opposer un socialisme à un autre mais faire marcher le socialisme sur ses deux jambes. Celle de l’action collective et républicaine de l’Etat, celle des dynamiques économiques et sociales.
Notre socialisme pragmatique est en ce sens un socialisme de terrain: il se fonde sur les réussites et les expérimentations entreprises à toutes les échelles.
Loin des slogans et des postures, nous affirmons que le seul socialisme qui vaille est celui des actes.
Rénovant nos outils d’analyse et d’action, nous appelons également à la rénovation de la structure et de la vie de notre parti.
Nous ne pouvons être en prise sur le monde d’aujourd’hui, en capacité de propositions, si nous ne sommes pas traversés par toute la diversité de la société.
Réformisme et Rénovation, pour un socialisme en marche !

Jean-François PASCAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 16:40

j'espère que nous aurons l'occasion de mener à bien la constitution
d'un groupe trans-partisan. je suis adhérent chez les jeunes Verts ce
qui ne m'empêche pas d'avoir penché fortement pour la motion de JM
Bockel au dernier congrès.. d'ailleurs je suis assez déçu par le score
national obtenu par la motion. ça participe assez au fait que je n'ai
pas très envie de soutenir une candidature PS si la tête d'affiche est
une girouette ou un marx-linguiste :/
au plaisir de vous lire et de répondre

Vincent Bocquet, étudiant en phase terminale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 16:48

 
Sur le plan économique en général nous ne devons pas faire comme ceux de nos camarades que nous trouvons ringards : il ne faudrait pas sortir d'une pensée "tout Etat" (à la Emmanuelli pour simplifier) pour tomber dans une pensée "sans Etat".
 
Chaque problème doit être étudié avec soin et faire l'objet de choix circonstanciés, compte tenu de notre double volonté d'efficacité économique et de justice sociale.
 
Nous ne sommes pas libéraux par nature mais parce que nous croyons que dans certains domaines c'est efficace (ça crée de l'emploi, de la richesse etc...). Il est tout à fait clair que dans d'autres domaines, le libre jeu du marché est source de gaspillage. Il faudra y revenir et vraiment creuser la question ; c'est la clef de la question des services publics.
 
 
a bientôt
 
Daniel GENDRIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 16:50

La foire d'empoignes des ténors du PS et la déliquescence du débat de fond et de la capacité de propositions du parti socialiste actuel pose la question suivante, qu'est-ce qu'être socialiste au 21ème siècle?

Le socialisme moderne commande d'être solidaire du genre humain dans son ensemble, sans distinction d'aucune sorte. Les socialistes ne peuvent et ne doivent pas se détourner des réalités d'un monde globalisé et engagé dans des mutations perpétuelles et rapides dans tous les domaines.

Etre socialiste aujourd'hui c'est participer, avec tous, à la construction continue de l'avenir de la cité, de la région, de l'Europe, de la communauté des nations dans son ensemble ; c'est s'imposer un devoir de responsabilité à l'égard de l'humanité entière.

En France, nous vivons prétendument dans une société laïque et pourtant de plus en plus intolérante à la différence, qu'elle soit religieuse ou sociale. La laïcité ne doit pas impliquer que les différentes dimensions religieuses et surtout la dimension éthique soient écartées de l'espace public. Le socialiste moderne ne doit pas craindre que les questions religieuses interdisent de participer aux débats politiques quels qu'ils soient. Notre société craint trop l'Islam et le parti socialiste ne joue plus ce rôle de pédagogue qu'il était autrefois, par sa faute certainement et son refus de défendre fermement les valeurs chrétiennes dans le respect des autres.

Aujourd'hui le PS ne constitue plus un pôle de rassemblement à l'électorat diversifié car il n'a pas voulu résoudre l'équation philosophique entre une économie moderne mondialisée et violente (c'est un fait) et les nécessaires solidarités et redistributions des richesses. Afin de retrouver un socle électoral distribué dans tous les groupes sociodémographiques, le parti socialiste devra emprunter une  trajectoire puissante vers les valeurs d'universalisme, de courage, de tolérance et de fraternité.

Il se devra de convaincre de son réalisme et de son pragmatisme tout en repositionnant l'Homme comme le pilier fondamental par lequel et pour lequel le développement économique doit se faire. La tâche est ardue mais pas impossible mais elle commandera sans aucun doute d'oser refonder le PS et d'être capable de remettre en cause certains notables.

Le socialiste du 21ème siècle se doit d'avoir pour ambition majeure de construire le "vivre ensemble" des personnes et des groupes qui sans lui resteront étrangers les uns aux autres. C'est un enjeu colossal pour le socialisme que de tendre vers une structuration de la société dans laquelle chacun aura le sentiment de se reconnaître et de pouvoir trouver sa place sans quoi il sera condamné à disparaître. Le PS peut-il incarner un socialisme moderne ?

En tout cas, le socialisme moderne ne peut pas se permettre d'incarner un archaïsme dogmatique. Il doit oser imaginer une utilisation du capitalisme et du libéralisme comme vecteur de redistribution et de promotion sociale. Le socialisme moderne doit à nouveau faire rêver, incarner une utopie crédible et ainsi recréer l’espérance, seule solution pour refédérer à travers toutes les couches sociodémographiques. Il doit recréer le lien perdu avec la jeunesse de ce pays qui se  détourne de la politique, mais aussi remobiliser le peuple de gauche.

La société et plus particulièrement les dirigeants politiques ou les philosophes se sont bien souvent efforcés d’opposer le modèle capitaliste au modèle socialiste, je crois qu’aucun des deux ne doit prendre le pas sur l’autre, je suis persuadé que ces deux modèles doivent et peuvent cohabiter ensemble, que chacun des deux peut apprivoiser l’autre, que seule cette direction peut assurer un développement durable et équilibré de l’économie et le devenir des nations.

Le libéralisme moderne ne pourra donc échapper, comme le socialisme moderne, à un examen de conscience visant à réviser ses valeurs, à satisfaire les véritables besoins des populations, à permettre une production de biens durables et recyclables ainsi que respectueux de leur environnement. Aucun des deux systèmes ne doit avoir à craindre ces nécessaires infléchissements et refondements car aucun des deux ne peut survivre sans l’autre, aucun des deux n’est capable d’assurer durablement son avenir sans l’autre comme garde-fou et objecteur de conscience permanent.

Xandine
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 16:53

Merci pour le compte rendu de la réunion de février.

La réunion du Groupe RfRn m'a personnellement regonflé et rassuré sur
le coup. Hélas, je m'aperçois que le chemin au sein des sections et
des militants est long. Je suis aussi comme vous, enthousiaste par
moments et découragé à d'autres. Et vous lire me fait du bien, car je
comprends mieux ma propre situation et vois vos difficultés et
ressens aussi votre ambition.

Vu mes premières expériences de rentre-dedans, j'aurai des
suggestions à faire :

Première proposition :
Le mot « libéral » passe mal, il hérisse le poil de beaucoup de
militants et ce n'est pas très facile de rentrer dans un débat
constructif et convaincant avec quelqu'un qui a un peu l'impression
de se faire insulter. C'est peut-être purement français.
Ne pourrait-on pas choisir : sociaux-démocrates ou une autre formule,
j'avais pensé à socialibertiste, qui peut se substantiver en
socialiberté.
Ce néologisme met en avant la liberté, que je pense plus porteur et
moins péjoratif que les libéralités ou libéralisme.
Je trouve réjouissant d'obtenir un nom qui allie deux concepts qui se
repoussent le collectif et l'individu.
« L'enfer c'est les autres » disait Jean-Paul SARTRE.

Deuxième proposition :
Il faut choisir une formule choc pour l'Europe, il me semble que les
Français ont remarqué le véritable coup d'arrêt qu'a été le Non en
référendum.
Ils ont compris les inconvénients.

Troisième proposition :
Concernant un certain triptyque, que je baptiserai (Courants /
Candidats / Projet).
Il faut que nous ayons les idées claires à ce sujet.
Tout cela est lié.
Si le courant RnRf est fort le(a) candidat(e) devra en tenir compte.
Si les candidats prennent position positivement par rapport à nos
thèses, il faut les soutenir.
Si les candidats qui prennent position positivement par rapport à nos
thèses sont forts, ils l'inscriront dans leur projet.
Si les projets vont dans le sens de nos thèses, le projet final ira
dans ce sens.
Et le candidat aussi.
Vous le savez très bien tous, nous n'existerons pas si nous ne nous
en donnons pas la peine.


Donc nous devons continuer à exister dans toutes les instances où
nous pouvons le faire.
Nous devons inviter d'autres à rejoindre RnRf.

Je pense que nous devons : à chaque fois, qu'un candidat dit des
choses prendre position.

Nous devons être petits, mais forts (0.68 % des votes c'est énorme
quand on est 49,33 %)


Quatrième proposition :
Je pense que nous devons être critique par rapport à l'organisation
du parti.
La motion de synthèse est un consensus mou. Le PS a rassemblé à
gauche quand il a bloqué les initiatives du PC et partiellement
celles des verts. Demain, ce sera différent.
Je trouve intolérable d'avoir Henri Emmanuelli à la tête de la
commission d'élaboration du Projet. Pour ma part, je considère ce
camarade totalement inadapté à ce genre de mission.
C'est pourquoi, je pense sincèrement que de RfRn doit naître un
courant important au sein du PS. Sinon, j'ai bien peur que les idées
que nous défendons passent à la trappe.
Il faut que nous soyons les moteurs de la création d'un nouveau
courant au sein du PS, quitte à s'en prendre plein la poire.



Jean-Louis LE BERRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 16:54

Cher Jean Louis,

je me lance pour la première fois sur le forum en réponse à tes
propositions que je rejoins dans leur très grande part.

Sur le terme "libéral".

Je me sens libéral et cela me paraît très honorable.

Parce qu'être libéral c'est être progressiste, (en attendant la
société communiste parfaite qui n'est peut être pas pour tout de
suite).

Parce que c'est vouloir la liberté politique (démocratie, diffusion
des idées)

Parce que c'est vouloir la liberté de tous dans la société (donc non
discrimination, égalité des chances, soutien aux personnes en
difficulté, épanouissement de chacun)

Parce c'est vouloir la liberté économique, source de progrès dans la
création de richesse, dans l'innovation technologique qui est LE
POINT ESSENTIEL du progrès et sur lequel nous perdons pied, liberté
économique qui a toujours renforcé les libertés politiques et
sociales et qui permet une redistribution sociale.

dans le droit fil des Lumières, de la Révolution, et des penseurs
comme Jaures dont les conceptions sont étonnament d'actualité.

La notion de libéralisme nous a été confiquée par les conservateurs,
ce qui est un comble,

ne nous cachons pas, reprennons la ! Ca en vaut la peine !


Et pour cela, je rejoins totalement ton analyse très forte sur la
nécessité de se structurer pour diffuser nos idées, certes encore
minoritaires dans les militants, mais très présentes chez les femmes
et hommes (de gauche) confrontés à la vie réelle.

c'est un travail de longue haleine, ne nous faisons pas d'illusions.

Sur la candidature de JM Bockel à la présidentielle, je ne me
permets pas de me prononcer, mais je remarque que tu as déjà prévu
de latiniser son nom !!!

A très bientôt à tous.


Hervé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 16:59

Bonsoir a tous ,

Apres un temps de la réflexion je vous livre mes remarques, mais ce n'est que le debut d'un débat en profondeur, car Jean-louis pose des questions cruciales.
1-Libéral ??
Nous sommes conscients de la force et du potentiel de réformes qui s'attachent aux valeurs libérales et d'un axe politique rénové autour de ces principes. Cependant, notre enthousiasme n'a d'egal que la méfiance, l'amalgame et la peur-qui vire a la psychose surtout au PS. Il nous faut donc, réfléchir à la meilleure facon de défendre ces valeurs davantage que la terminologie. La confusion entre "libéral" et "ultra-libéral" est si forte que nous devons etre attentifs et ne pas sauter a pied joint dans les pièges que les autres courants seront les premiers a nous tendre.
Le terme SOCIAL-LIBERAL est peut-etre une synthese provisoire pour désarmorcer les critiques stériles qui nous feront gaspiller beaucoup d'énergie sans réussir a convaincre. Pour ne rien vous cacher cette "synthèse" ne me satisfait qu'à moitié , mais je n'ai pas mieux à ce stade. Quand a social-démocrate, je crois que c'est inaudible, voire pour une part discredité en france. Le rocardisme est regardé et analysé comme une antiquité ..;à tort , mais c'est comme ça et c'est la rançon du match perdu par rocard.
 
Europe /
Revoter :Je n'y suis pas favorable. Le suffrage universel a parlé, on ne doit pas chercher à contourner un souhait souverain et démocratique, même si jean-louis a raison de souligner que l'opinion évolue sur ce sujet.
Je crois davantage à 2 pistes :
- pousser les gouvernements a utiliser au maximum les politiques de coopérations renforcées. Les résultats bénéfiques qui en sortiront permettront d'appui pour proposer à moyen terme un autre texte ou bien une autre architecture.
- Générer via les regions des coopérations économiques, sociales et culturelles dans de gds ensembles régionaux européens nord/benelux; PACA/ ITALIE/SUISSE ETC...
Nous disposons de 20 régions, c'est le moment et le lieu de montrer comment nous pouvons créer des alternatives à la droite conservatrice.
Le registre des cassandres agace nos compatriotes.  Même si nos arguments ne manquent pas de poids, le fait de rester sur ce simple registre altére notre force de persuasion.
 
COURANTS / CANDIDATS : C'est sans doute un point délicat mais loin d'etre mineur. Je ne sais pas quel est l'état d'esprit de Jean-Marie Bockel sur ce sujet et il serait intéressant qu'il nous fasse connaitre son sentiment. Un candidat n'a de chances que s'il veut y aller et qu'il est en phase avec le projet qu'il souhaite porter.
Ma seule réserve :  avons-nous la force et les moyens de tenir cette bataille sans allié au PS et hors du PS?

Hervé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 17:00

Sui tout à fait d'accord avec Hervé dans sa défense du social libéralisme. Il rappelle la modernité des idées de Jaurés, mais pour se rapprocher de notre siècle rappelons aussi l'humanisme libéral de gauche de Camus(l'homme révolté). On peut aussi relire les Mémoires de Raymond Aron pour son incroyable lucidité sur le renoncement aux libertés des peuples abandonnés à la désespérance....bonjour  Avril 2002 !! Pendant que nous pérorons gentiment, l'échéance 2007 approche à grands pas et nous risquons de nous retrouver à choisir entre un national populisme de gauche et un national populisme de droite qui nous conduiraient à coup sûr dans les 2 cas vers un front populaire avec effondrement économique et vers l'isolement...  Espérons que la victoire annoncée  de Romano Prodi et de sa cohalition centriste en Italie sortira le PS de son comas  intellectuel !!
Cordialement
Guy Noailhet 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 17:01

Il n'y a pas de discussion possible. Donc nous (R2 du PS) ne discutons pas.

Quel est notre constat, la machine France fonctionne par inertie : Grandes
entreprises, prise de positions ambitieuses au niveau de l'Europe,
nombreuses relations privilégiées avec de nombreux pays, modèle
démocratique.
La France est à la traîne sur trois points fondamentaux pour demain :
- La construction européenne, qui pourra peut-être se faire sans nous (la
France).
- La rénovation du pacte social : emploi/chômage, retraite, éducation,
émigration.
- La prise en compte de la mondialisation.


Pourquoi ?
Parce que la France est divisée par le milieu en deux pôles. Les tenants
d'un capitaliste paternaliste et ceux de la dictature ultra-collectiviste.
Le mouvement social-libéral à du mal à exister. Le pire est que sans doute,
il existe de nombreux électeurs (peut-être des deux bords) qui
souhaiteraient nous voir émerger.

Jean-Louis LE BERRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 17:02

Je suis globalement d'accord avec tout ce qui a été dit dans ces
échanges (que j'ai lu très (trop ?) rapidement).

Je pense effectivement que nous ne pouvons pas faire l'économie
d'une réforme globale de notre droit du travail, de notre système
d'assurance collective et de nos choix de redistribution.
Ces réformes ne peuvent avoir lieu que par l'intermédiaire d'une
concertation avec les partenaires sociaux (désolé pour les poncifs,
mais il est difficile de s'en extraire).

L'important, c'est de promouvoir un certain nombre de valeurs
auxquelles nous croyons, et de les préciser : les notions de justice
sociale, d'affranchissement de la nécessité (pâle transcription
du "freedom from want"), de renouveau du débat politique et de la
citoyenneté, ainsi qu'une vision humaniste à long terme.
Eloi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 14 Mai - 17:03

Voici le texte que je viens d'adresser par mail à une soixantaine de membres de ma
section, avec un lien sur notre Forum et, en pièce jointe le tract 1


Citation :
Chers amis, chers camarades
Lorsque je me suis présenté à vous pour adhérer au PS en septembre 05, je vous ai
expliqué mes motivations.
Au vu des résultats du référendum sur le TCE, après m'être demandé pendant 30 ans ce
que le PS pouvait faire pour moi, j'ai estimé qu'il était temps que je vienne voir ce que je
pouvais, à mon tour, faire pour le PS. C'était déjà vous avouer mon désappointement face
aux divisions profondes sur le sujet de l'Europe dont on sait ce qu'elles sont devenues.

Dans la période de préparation du Congrès du Mans, j'ai studieusement pris connaissance
des diverses motions et très rapidement constaté mes affinités avec la Motion IV, dite «
Bockel ». Et ce, en dépit de son aspect très approximatif et un peu d'opportuniste, sous
l'excuse de la précipitation. Je suis donc « Socio libéral » et j'assume mes différences sans
complexe.
Depuis lors je vous ai fréquentés avec assiduité, découverts, appréciés, même dans la
tourmente qui a ébranlé notre section. J'ai trouvé parmi vous une franche camaraderie qui
permet de dépasser nos clivages idéologiques. J'essaie de me rendre utile et suis, avec
intérêt, nos trop rares débats d'idées.
Il n'empêche que, sans doute du fait de mon parcours professionnel, je ne peux me
résoudre à simplifier notre combat pour une société plus égalitaire, plus solidaire, plus
équitable, à une dogmatique lutte des classes, les bons travailleurs d'un côté et les
mauvais patrons de l'autre. Non, non et non. C'est trop simplificateur, trop caricatural.
La France à besoin de tous les « Hommes de bonne volonté », et il est du rôle de l'Etat de
réguler moralement leurs relations.
Après le Congrès du Mans, exit la motion IV, et une centaine d'entre nous a créé « R2,
Réforme & Rénovation », un cercle de réflexion au sein duquel nous débattons d'idées «
libérales et socialistes» pour contrer l'ultra-libéralisme mondial envahissant. Nous n'avons
d'autre objectif que l'Union du Peuple de Gauche pour un projet de société moderne
adapté aux contraintes environnementales du monde d'aujourd'hui.
Je vous donne donc rendez-vous sur notre Forum :

Vous pourrez y constater nos efforts pour dé-diaboliser le « Socio libéralisme » et notre
travail de propositions qui espèrent vous convaincre de notre fidélité à la pensée
socialiste.
Venez en débattre avec nous. Nous explorons une voie qui domestiquerait l'économie au
profit de l'équité sociale.
Quant à moi, je vous assure que pour la présidentielle de 2007 je suivrais la consigne du
Parti quel que soit mon assentiment ou ressentiment vis-à-vis du candidat désigné. Pour
une victoire tant attendue de la gauche réunie.
Amitiés socialistes.

Léoneck
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Lun 5 Juin - 13:20

Chers camarades

RfRn s'inscrit totalement dans la démarche du PS et ce dès la création, si nous avons souhaité élargir à des non-militants c'est avant tout pour ne pas se couper du potentiel de certains sympathisants.
Pour le moment, tout fonctionne à merveille, si ce n'est le faible nombre de personnes inscrits à notre structure, mais il est vrai et nous en avons débattu que le terme libéral est très mal vu en ce moment.


Nos idées reposent sur le socialisme, c'est à dire une notion de solidarité de prise en compte de l'autre.
Le socialisme, c'est aussi l'état avec ses fonctions régaliennes, loi, police, éducation, santé, justice, armée à laquelle nous ajoutons l'organistion de la société du travail et de la solidarité.
Mais nous sommes des libéraux, c'est à dire, que nous souhaitons laisser à l'individu la possibilité de gérer sa vie comme bon lui semble, de créer des entreprises, de travailler.
Dans le respect de règles morales et de respect des autres.
Certains pensent comme moi que le socialisme est libéral par essence même, sinon on est communiste et liberticide.

Nous avons des modèles économiques ; l'Angleterre de Toni Blair, des modèles sociaux les pays scandinaves et un attachement marqué à l'Europe. Mais nous sommes ouverts, nous nous définissons comme pragmatiques c'est dire que si une solution fonctionne et respecte globalement les objectifs, on ne la refusera pas au prétexte qu'elle est contraire à je ne sais trop quel règle édictée par un barbu, il y a deux siècles.
Nous nous inscrivons totalement dans la mondialisation, qui représente pour nous à terme l'égalité des chances entre tous les citoyens de la planète, on est loin (je sais).

Jean-Louis Le Berre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Sam 10 Juin - 11:39

Il est effectivement possible de voter non. S'il y avait une prise
de position publique qui disait : " je ne le vote pas car il paraît
inefficace au niveau économique, pas assez socio-libéral ousocio-
démocrate", cela donnerait un sens. Sinon j'ai peurqu'on nous crédite
d'un non gauchiste.
Par ailleurs, il faut aussi faire du compromis, ne pas devenir
radical et fermé. Ne faisons pas ce que l'on reproche aux autres. On
ne doit pas s'attendre à un projet parfait. Un non doit sanctionner
non pas le décevant, mais l'innaceptable.

Finalement est-ce que la scission au PS n'a pas eu lieu au moment de
la campagne du référendum ? Dans les sections, sur les forums, dans
les positionements, il y a deux PS.
Evidemment je préfèrerais une configuration politique allemande :
ungrand parti de gauche antilibéral,un pôle vert, un pôle
sociodémocrate... Mais ce n'est pas en créant des micro structures que
l'on crée le mouvement.

Le débat sur le sens de R2 a déjà été posé, et les réponses ont été
apportées de manièreme semble-t'il convainquante. Le PS n'est pas
composé aux trois-quarts de "à gauche toute". Les adhérents ont voté
pour le référendum dans la consultation interne. Et il y a maintenant
une nouvelle vague d'adhérents plus jeunes, actifs, diplomés,
féminins,urbain. ( donc ayant voté massivement oui.. )

Nous aurons une influence interne si nous réussissons notre envol.
Cela peut se jouer dans les prochains mois. Peut être également après
la présiidentielle, une fois le vote utile et les combats de courant
apaisés.
Il y a réellement une partie du PS qui n'est pas satisfaite, et dans
les sympatisants on regarde avec envie les autres PS européens. Je
crois en l'importance de R2 dans le PS, et en ses possibilités futures.

Romain Janhsen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Les grandes orientations   Dim 18 Juin - 21:00

Finalement est-ce que la scission au PS n'a pas eu lieu au moment de
la campagne du référendum ? Dans les sections, sur les forums, dans
les positionements, il y a deux PS.
Evidemment je préfèrerais une configuration politique allemande :
ungrand parti de gauche antilibéral,un pôle vert, un pôle
sociodémocrate... Mais ce n'est pas en créant des micro structures que
l'on crée le mouvement.

Le débat sur le sens de R2 a déjà été posé, et les réponses ont été
apportées de manièreme semble-t'il convainquante. Le PS n'est pas
composé aux trois-quarts de "à gauche toute". Les adhérents ont voté
pour le référendum dans la consultation interne. Et il y a maintenant
une nouvelle vague d'adhérents plus jeunes, actifs, diplomés,
féminins,urbain. ( donc ayant voté massivement oui.. )

Nous aurons une influence interne si nous réussissons notre envol.
Cela peut se jouer dans les prochains mois. Peut être également après
la présiidentielle, une fois le vote utile et les combats de courant
apaisés.
Il y a réellement une partie du PS qui n'est pas satisfaite, et dans
les sympatisants on regarde avec envie les autres PS européens. Je
crois en l'importance de R2 dans le PS, et en ses possibilités futures.

Romain Janhsen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grandes orientations   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grandes orientations
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le regard d'un animal à grandes oreilles
» les grandes découvertes
» Les plus grandes reprises de l'histoire de la musique
» Recettes de grandes qualitées en pdf
» savoir eviter les pieges dans les grandes surfaces

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réformisme et rénovation (R2) :: Débats, idées et propositions :: Notre courant-
Sauter vers: