Réformisme et rénovation (R2)

Pour un socialisme pragmatique : prolonger la motion 4 dans le PS
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ségolène Royal

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Ségolène Royal   Dim 14 Mai - 18:05

Voici la dépêche AP que j'ai trouvée aujourd'hui sur Yahoo ! Actu...

Citation :

Ségolène Royal concède des penchants blairistes

PARIS (AP) - Se démarquant des autres ténors du PS plus mesurés sur
l'action de Tony Blair, Ségolène Royal regrette jeudi dans
le "Financial Times" que le Premier ministre britannique ait
été "caricaturé" et concède son "adhésion à certaines de ses idées".

"Je pense que Tony Blair a été caricaturé en France. Ça ne me dérange
pas d'afficher mon adhésion à certaines de ses idées", explique-t-
elle dans le quotidien britannique.

Au risque de faire grincer des dents au parti socialiste, où l'on
regarde avec distance le bilan de Tony Blair, la probable candidate à
la candidature du PS pour 2007 souligne qu'"il a réinvesti dans les
services publics. Sur le chômage des jeunes, il a obtenu de vrais
succès en alliant plus de flexibilité et plus de sécurité".

Pas question pour autant de soutenir le contrat première embauche,
CDI pour les moins de 26 ans assorti d'une période de consolidation
de deux ans, durant laquelle le salarié pourra être licencié à tout
moment. "C'est mauvais. Cela blesse les jeunes et leur adresse un
mauvais message en dévaluant le travail", déplore-t-elle, alors que
le CPE est en cours d'examen à l'Assemblée.

"Les jeunes diplômés sont mieux traités en Grande-Bretagne qu'en
France, donc ce n'est pas uniquement pour des raisons fiscales que
tant de jeunes quittent la France pour aller travailler dans la City
de Londres", analyse-t-elle. Et d'ajouter: "nous ne devons être
bloqués sur aucun sujet, comme les 35 heures par exemple".

Questionnée sur sa relation avec son compagnon François Hollande,
autre présidentiable putatif du PS, Ségolène Royal précise qu'ils
décideront "ensemble, en couple", en septembre prochain, qui des deux
concourra à l'investiture du PS. C'est en novembre que les militants
socialistes doivent choisir leur candidat pour 2007. Quant à épouser
le Premier secrétaire du PS, "si on se mariait maintenant, tout le
monde dirait que c'est une manipulation", tranche-t-elle.

En tête des sondages, la présidente de la région Poitou-Charentes
s'est de nouveau distinguée cette semaine. Mardi, elle a été
consacrée "révélation politique" de l'année 2005 par le "Prix du
Trombinoscope". De plus, selon une enquête Ifop, elle ferait une
meilleure candidate pour représenter le PS en 2007 que Lionel Jospin
pour 57% des Français. "Les sondages d'opinion ne font pas une
élection", tempère-t-elle dans le "Financial Times".

Des résultats également relativisés par Lionel Jospin jeudi dans "La
Provence". L'ancien Premier ministre estime dans un entretien
qu'aucun des présidentiables du PS ne sort encore du lot. "S'il y a
plusieurs personnalités actuellement en lice, cela illustre la
richesse du parti socialiste, même s'il est vrai qu'aucune d'entre
elles ne s'est encore imposée", juge-t-il. Quant à son retour en
politique, il reste une fois de plus énigmatique: "Il y a une vie
après le pouvoir! Cela dit, toute phrase est riche en virtualités". AP



Bon... Et si S. Royal devenait présidente (après tout, une femme, ça ne ferait pas de mal)... avec DSK en premier ministre et JMB à l'économie, l'industrie ou l'emploi...? Y aurait pire, comme configuration, non ?

Christophe



Réponse :


En cette presque fin d'hiver, comme beaucoup je suis las, fatigué et
un peu usé par : le temps et le climat lourd et pesant de la société
dans laquelle nous vivons.

Cette période « jachère » J est pourtant bénéfique à un nécessaire
recentrage sur des valeurs et des besoin personnels, et bénéfique en
terme de réflexion plus globale.

Depuis la rentrée de septembre, et bien avant notre Congrès, j'avais
émis auprès de mes camarades de section – les plus proches – le fait
évident que notre société était plongée dans un désastreux marasme
moral et économique, et qu'il était très difficile pour le Parti
Socialiste de se faire entendre de gens qui étaient préoccupés par
leurs besoins propres et non par des thèmes généraux et nationaux.

J'avais également soumis le fait que je ressentais dans mon cercle
familial, d'amis et de connaissances un profond sentiment de repli
sur soi. A ce moment là – septembre 2005 – ce repli était jugé
communautaire ou patriotique. Aujourd'hui je le défini comme
IDENTITAIRE.

Les propos tenus ici et là, les actes de racisme primaire,
l'intolérance grandissante faisant chaque jour leurs chemins
respectifs, je sentais notre pays hanté par ses vieux démons.

Pourtant, je ne cède en rien aux peurs et aux abberrants appels à la
prudence. Je vis dans un cadre que j'ai librement choisi, exerçant un
métier passionnant et entouré de gens que j'aime et qui m'apportent
le meilleur.

Le début de cette année m'a malheureusement confirmé que notre pays
traverser un peu plus qu'une crise de confiance. Pour moi ce sont les
fondements même de notre démocratie et les principes républicains qui
sont en danger.

Une Marine Le Pen en forme et en verve, des sondages FN en plein
expansion (ce qui aurai fait sourire en 2001 les commentateurs
politiques), des crimes, actes et propos odieux, une islamophobie, un
antisémitisme et une homophobie ambiantes et sui s'ancrent chaque
jour, ont fini par me faire réaliser que le DANGER nous guette.

Non, rassurez vous je ne suis pas devenu fou. Car pour moi ce DANGER
est plus sournois qu'il n'y paraît. C'est le DANGER de croire que la
confiance est revenue et que 2007 sera une année salvatrice pour
notre pays.

Ce matin – mercredi 22 février 2006 – je regarde la télévision…. Un
rayon de soleil vient éclairer ma journée.

Ce rayon de soleil s'est présenté devant moi sous les traits d'une
femme. D'une femme de gauche. D'une femme de gauche connue que
j'avais jusqu'ici sous-estimée. Une femme simple qui prononce des
mots simples. Une femme que nous connaissons tous : SEGOLENE ROYAL.

Pourquoi me direz vous ?

Car bien qu'homosexuel avoué, assumé et résolument près à certains
sacrifices, j'ai toujours aimé les femmes. MERCI à elles.
J'ai toujours pensé qu'elles avaient le don d'écouter, de palier les
carences masculines et de réconcilier les opposés.

J'attendais de Ségolène la capacité à prononcer des paroles simples.
Des paroles tenant lieu de constat de la réalité actuelle. Un constat
du désir d'avenir des français…. Désirs d'Avenir justement.

Ce matin Ségolène à parlé :

« Les français n'ont pas besoin de choses compliquées. Ils aspirent à
une société plus simple, plus proche de leur préoccupations. »
« Nous devons écouter les français chaque jour, car ils sont à même
de nous dire les choses dont ils ont besoin…car ils connaissent mieux
que quiconque leur besoin de trouver un logement, un emploi pour
leurs enfants. »
« Les français aspirent à une société qui leur ressemblent ».
« Notre société traverse actuellement de très fortes turbulences qui
attaquent notre pacte républicain. »
« Les français souhaitent une société plus tolérante. »

TOLERANTE : OUI TOLERANTE. Depuis bien longtemps j'aspire à une
société plus forte, plus juste dans une République de TOLERANCE qui
ressemble à tous les français.

Pour moi, nos compatriotes ont un Désir d'Avenir, dans une société
qui les accueille et qui ne les rejette pas.

Aussi, vous l'aurez compris, j'ai d'ors et déjà fait mon choix. J'ai
ce Désir d'Avenir, dans une France de TOLERANCE.

Je souhaite pour demain : une femme pour la France. Pour moi cette
femme c'est désormais : SEGOLENE ROYAL !

Les français sont prêts, la France le mérite, la République et la
démocratie en ont besoin.

Et demain : la France sera meilleure….

Régis Sada


Réponse :

Régis,
J'ai, bien sûr, comme toi apprécié la prestation de Ségolène Royal, sur
Télématin.
Je pense que nous avons là une présidentiable tout à fait respectable. Heureux
de constater que son discours se rapproche de nos idées et qu'en plus c'est une
femme, ce qui ne gâte rien. Tout cela est rassurant en cette période de creux. Mais
attention, avant l'heure, ce n'est pas l'heure, et nous aurons à la juger sur le Projet qu'elle
va devoir nous présenter. Méfions-nous qu'elle ne soit que la façade présentable de « petits
arrangements entre amis ».
Comme toi, je me réjouis, mais attendons de juger sur pièces.
Amitiés
Léoneck


Mais étes vous si sur du "ralliement" de Segolène à nos thèses notamment
économique ?

J'ai une vision d'elle plutot de gauche économiquement (enfin ça ne veut
rien dire, mais genre étatiste convaincu, volontarisme, vous voyez le
genre) et de droite sociologiquement.

Ce n'est pas parcequ'elle réinvente l'eau chaude ("Blair est
caricaturé") dans un journal.... anglais (je la vois mal dire dans ces
cicronstances que Toni est le dernier des...) qu'"elle est de notre bord".

donc j'attend qu'elle se dévoile vraiment, qu'on connaisse un peu son
programme avant de... Mais bon DSK m' a décu.






Pour répondre à vos craintes respectives, il est clair que je
n'attend pas de Ségolène qu'elle adhère à nos thèses dans leur
globalité.

C'est pour cela aussi que j'ai été très déçu par l'attitude de DSK
qui à joué au hochet à sa gauche et à sa droite.

Mais je reste convaincu, que malgré ces tendances "réac", Ségolène
Royal est aujourd'hui la plus à même au PS de porter ce regard neuf
en ne faisant pas de notre idéologie passéiste le symbole de la
nouvelle gauche.

Nous avons réussi à exister dans un PS sclérosé et fermé à toute
vision moderne de la gauche....et donc des perspectives que nous
jugeons nécessaires pour notre pays.

Ce sera à nous de poursuivre sur ce chemin en refusant la fatalité et
l'Etatisme dont nous souffrons encore.

Mais avant d'y parvenir, il faut - me semble t-il - réconcilier les
français avec eux-mêmes.

Le meurtre du jeune Ilami (?) montre une chose. Quant l'essentiel est
menacé : les français font face.
Nous sommes nombreux à constater que la France sombre et se repli sur
soi....

C'est peut-être le signe d'un vent nouveau : nous jugerons de la
suite.

Enfin, Ségolène est pour moi une terre de mission. Car ses positions
sur le mariage gay et l'homoparentalité ne sont pas totalement
identiques aux miennes.
Mais ça vous l'aurez compris ! :-))
Bon week-end à tous

Régis Sada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Ségolène Royal   Dim 14 Mai - 18:06

Réponse :

Bonjour à tous,
dans la presse de ce WE, était annoncé les positions de Ségolène Rpyal
défendant la politique de Tony Blair dans le Guardian.
Si je reste proche des positions de DSK, bien qu'il ne dise pas ce
qu'il pense en ce moment, je trouve intéressant que S Royal défende
ouvertement des positions proches des nôtres. C'était déjà le cas dans
le Financial Times, et c'était aussi le cas à Angers en janvier.
Amitiés socialistes.
Emmanuel




Le premier chapitre du bouquin de Royal...

http://www.desirsdavenir.org/livre/chapitre1.php

Sur la forme : on dirait un memo universitaire trop structuré, manque
un rien de , je ne sais pas .... c'est sec, très sec.

Sur la démarche : on commence par les attentes des électeurs. je ne
dis pas que c'est forcément mal. Mais est-ce du marketing ou de la
politique ?

Sur le fond : et bien, je ne sais toujours pas bien ce que propose
Mme Royal... Mais quel teasing !!

Je me moque mais a priori ça semble "aller dans le bon sens" tout ça...



Réponse :

Mon sentiment sur la prose attribuée à Ségolène :
- contradiction évidente entre certaines affirmations trés conservatrices(reprise des couplets "verts" anti nucléaire et anti OGM) et la posture médiatique: modernité, blairisme, confiance en l'avenir...
- Relents populistes dans la volonté de soumettre les interets nationaux (stokage des déchets, politique ènergétique, gestion de l'eau ...) à la volonté populaire locale(pas chez moi..mais OK chez les autres)
- Dérapages verbaux de Sarko insultants ..mais ceux de Frèche simplement exessifs !!
- Pour avoir cotoyer des patrons de PME/TPE pendant 35ans je suis effaré de voir le décalage entre le jugement porté(patrons voyous, surpayés, incapables de gérer l'embauche, profiteurs...) et la réalité du terrain...sans vouloir ignorer bien sur les exeptions. Un discours trés lutte des classes !
- Superbe envolée populiste dans VI avec la démocratie participative sans le présupposé de la connaissance, de l'accés à une information pluraliste et contradictoire.

Bref, je n'arrive pas à croire que cette prose a été écrite par l'énarque Ségolène..car la est bien le problème : depuis 25 ans l'énarchie s'est emparée de la politique pour le malheur des citoyens. Confier la politique à des gens dont l'éducation a été basée sur le fonctionnement des administrations publiques, les arcanes de la bureaucratie et l'aptitude à conquérir le pouvoir, pétris de certitudes infaillibles qui s'imposent au peuple ignard ...sans jamais mettre les pieds dans une entreprise(comme 95% des universitaires), est désastreux.
Continuer à penser que notre système éducatif ne doit pas d'urgence s'émanciper de la culture néo marxiste pour se tourner vers les entreprises conduit les étudiants anti CPE à défiler en chantant l'internationale et sous les couleurs de la CGT et la complicité dévastatrice de Sud. Bonjour la regression intellectuelle !
L'énarque Sègolène, pour l'instant, n'est pas différente du moule, et la gestion de sa région, les commentaires de ceux qui travaillent pour elle, sa stratégie de conquête du pouvoir diffèrent à la marge... médiatique.
Guy Noailhet


Réponse :


Chers amis,

J'ai moi aussi lu attentivement le premier chapitre du furtur livre Désirs d'avenir qui est
censé être publié à la rentrée dans sa forme accomplie.

Et J'ai été moi aussi au départ dérouté par la forme que présentait ce texte mais, au fil de
la lecture, j'ai commencé à m'y faire et à y trouver un certain avantage. Il ne faut pas
perdre de vue le but qu'accompagne la divulgation de ce texte. Le but est de faire réagir le
plus de monde possible aux propos tenus pour, par la suite, les classer, les regrouper et
les ajouter lors de la publication du texte final. Une sorte de travail constant et continu. En
ce sens, il est plus facile de rebondir sur quelque chose qui n'a pas trouvé encore sa forme
finale, et qui par moment prend la forme d'esquisses encore décousues, que sur un texte
cohérant et abouti. C'est pourquoi, je suis charmé par la méthode. Par contre,
politiquement parlant, présenter au grand public un tel travail peut avoir son prix (c'est
une question de degré?). Tout le problème de la démocratie participative est ici, formulée
là, entre une forme et un contenu.

Maitenant, pour ce qui concerne le contenu, ce chapitre 1 est d'abord censé être un
chapitre introductif dans lequel on brosse un tableau général de la situation politique et
sociale actuelle de la France. En ce sens, pour plus de détails sur le programme rendez-
vous dans deux semaines pour le chapitre 2.
Il est intéressant de confronter ainsi un certain nombre de statistiques et d'enquêtes. En se
tournant ainsi vers l'opinion, on se rend compte de beaucoup de choses. Après, dans la
version finale, il serait certainement plus avisé d'enrober tous ces chifres dans un langage
moins technique.
Je suis heureux de retrouver un certain nombre de préocupations qui nous sont très
proches dans ce texte. Je pense par exemple à la partie 4 (comprendre) du grand III. On ne
peut pas réformer un pays sans respecter son histoire, ses pratiques, ses habitudes et ses
aspirations. Il est illusoire de croire qu'il suffit de faire ceci et cela. D'où la difficulté du
métier de politique, un métier à part entière.
Si je dois parler d'une déception, à part quelques facilités ici et là, c'est la partie V sur la
démocratie participative qui manque effectivement de chair et de modalité d'application
politiques, institutionnelles et sociales. Mais bon, après tout, le texte n'est pas encore
finalisé et c'est à chacun de nous de se mettre le clavier sous la main et de réagir. Pour ma
part, j'ai déjà envoyé quelques suggetions et c'est loin d'être fini. Une aventure tentante...

Bien à vous.

Maurizio Rofrano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Ségolène Royal   Lun 5 Juin - 13:22

Bonjour a tous,

Segolene etait dans le Nord hier soir et j'ai etait ecouter "en live" ce qu elle avait a dire sur le projet du PS. Petit resume succinct :

1- une affluence reccord a la fede du Nord, presence des journalistes et pas juste 5mn au debut!! Beaucoup de jeunes. Aubry, Mauroy, Derosier, Roman presents.
2- la reunion etait un des 9 debats sur le projet organises par le fede en regroupant a chaque fois 4 ou 6 sections ensemble.
3- la dominante des debats : les Inegalites et les Insecurites.
4- Aubry a presente l etat du projet mais en l ecoutant on ne sait plus si c est un Projet ou un catalogue La Redoute : des gdes orientations et l 'expression de choix differents des choix de droite cotoient un catalogue de mesures : les emplois jeunes, durcissement des penalites pour les communes qui ne respectent pas les 20% de logements sociaux, remettre le CDI comme le contrat de reference (c est bien mais on n est pas encore au contrat unique avec des droits cessibles entre entreprises etc ...cf nos debats).
Elle chante les VALEURS DE LA GAUCHE comme une litanie et propose a SARKO et sa bande "puisque vous n'aimez pas la france , quittez la !!". Tonnere applaudissement .C'est un discours classique :emplois jeunes, remettre a nouveau les 35h -c'est des emplois et des gains de productivite etc...
Elle s est dite d accord avec les propos de Segolene la veille a Bondy, il faut de la fermete et pas de laxisme..."il faut reprendre la politique menee avec Lionel Jospin".
5- 4 militants ont fait des propositions. On leur a repondu que c etait excellement dit et que c'est deja ds le projet !!. Circulez Yves Durand sur l'education n'a pas pu s'exprimer.
6- Questions aux intervenants et invites :
Homoparentalite : Segolene a souligne qu elle repondait de ses actes, pas des propos que l on lui a impute.
Elle a dit qu au ministere de la famille elle a fait vote une loi qui reconnait la garde alternee des enfants sans que l'on precise ds le texte, le sexe. Cela etait volontaire. Sur cette base, un couple de lesbienne a recemment reussie a faire valoir ses droits a la garde alternee.
Elle a aussi soutenue la reconnaissance de l association des parenst gaies et lesbiennes par la puissante fede des familles par un acte juridique ministeriel. L'association des familles a rejetee la demande. Mais fort de l acte ministeriel, l association Gaies et lesbiennes a pu introduire un recours.
Sur l homoparentalite, elle ne se renie pas mais attire l attention sur le tact que nous devons avoir sur ces sujets sensibles. ...ET la la candidate a percee en affirmant "qu elle ne desperait pas de rallier une majorite de francais a cette idee d homoparentalite dans le respect des differences , nous le ferons, la gauche le fera comme Mitterrand sur la peine de mort".
Question sur la delinquance : elle a affirmee qu'il faut rejeter la politique actuelle qui est une "usine a fabriquer de la delinquance et ou un petit delinquant ressort grand delinquant".
"Il faut aller de la prevention vers les sanctions" . En revenant sur les allocations familiales, elle propose la mise sous tutelle- desapprouvee par une partie de la salle- elle prefere la mise sous tutelle qui permettra a un tiers de s'assurer que les parents consacrent l argent des aides pour les enfants et pas pour depenser dans l alcool, la tele etc ... . Cest cela la prevention, accompagner ceux qui ne peuvent pas parce qu ils sont "au bout du rouleau" et pas en enfernant tt le monde ds des prisons.
Ces positions sur les prisons aont ete acceuillies avec des remous mais elle a tenue bon et n a pas eue peur d aller jusqu au bout de ses idees. Oui elle pense que c est une erreur d avoir supprime le service militaire - elle souhaite 6 mois- car c etait un lieu de socialisation. Elle souhaite pour les jeunes primo-delinquants qu on les envoie ds les pays pauvres a faire des chantiers avec un encadrement strict- d ou le terme militaire- qui leur redonnera les reperes et ils seront fiers d'avoir fait quelque chose d'autre que dealer.
Aux reactions persistantes sur les uniformes, elle a dit clairement . Ils representent la republique, "mais les pompiers, les gendarmes, les policiers sont aussi des francais comme les autres".

CCL perso : Sa prestation est impressionnante mais aussi tellement empreinte de techniques de communication que c est parfois fatiguant.
Elle est clairement ds la peau de la candidate ..il fallait voir le renfrognement de martine Aubry quel contraste !!.
Elle touche juste en axant sur trois points :
- les francais attendent des reperes , des valeurs claires en depassant parfois les clivages uses Gauche/Droite. Elle y repond.
- elle n a pas peur de la Droite et sait utiliser des termes detournes a son seul profit par la droite pour leur redonner un sens Republicain qui soit en phase avec l esprit de progres et de respect chers aux socialistes et a la gauche
- elle alerte sur la strategie de la droite qui est de faire peur pour mieux laisser encore le pen au 2eme tour.

Enfin, son discours est principalement societal, ce qui est a la fois sa force -car elle sort des discours convenus- et sa faiblesse car sur d'autres themes sa lisibilite est floue.

Voila pour ce ptit cpte-rendu succinct et partiel en essayant d y donner le maximum d infos brutes. A chacun d y faire son marche.
A priori, DSK en sept et Lang viendront dans un cadre similaire..et Jean-Marie ou Jean-Francois..on vous attend bien volontiers.

Amicalement,
Philippe HARQUET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Ségolène Royal   Dim 25 Juin - 16:18

Ségolène par son absence de sectarisme et son ouverture vers les réussites des partis socialistes européens, attire les suffrages de tous ceux qui n'ont trouvé aucun espoir raisonnable dans le projet socialiste de voir le pays sortir de la spirale du déclin économique et social. En fait on nous ressert les plats de 81: demain on annule tout ce qu'a fait la droite et on amplifie la distribution fiscale et les dépenses de l'état, sans création de richesse, et en asphyxiant les PME/TPE seules créatrices d'emplois. Vous aurez noté que le gouvernement Merkel vient de décider de passer de 25% à 12,5% l'impot sur les socitétés pour la partie des bénéfices réinvesti et créant des emplois. Nous sommes à 34% ...et le projet propose de surtaxer la partie distribuée aux actionnaires qui est au passage majoritairement réinvestie dans les entreprises !!
Monsieur l'ancien ministre des finances DSK réveillez vous ??
Guy Noailhet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Ségolène Royal   Lun 26 Juin - 0:16

Chers amis,

Même si beaucoup parmi vous doivent lire Le Monde de manière assidue,
je tiens à renouveler votre attention sur l'interview qu'a donné
Ségolène Royal dans le monde daté du 23 juin 06. Ceci avec un peu de
retard, mais je m'étais absenté de Paris pour Bâle, où je suis allé
voir l'exposition consacrée à Hans Holbein.

Beaucoup de rumeurs sont en train de circuler au sein du PS concernant
un certain nombre de propos que Ségolène Royal a tenu lors de cet
entretien et dont vous avez dû prendre connaissance. Et notamment
concernant "le renvoi dans leur pays d'origine des délinquants
dangereux qui résident depuis peu en France".

Le fait commence a être par sa répétition systématique exaspérant. Des
membres du PS semblent perdre toute raison quand il s'agit de propos
tenus par Ségolène Royal; certaines écuries de présidentiables essaient
de faire feu de tout bois. Le schéma est toujours le même. Ségolène
Royal tient un propos peu orthodoxe pour le parti en espérant faire
avancer le débat au sein de celui-ci et promptement ces propos sont
détournés du sens initial. Il en a été ainsi pour ce qui concerne la
sécurité, le fait d'aider les jeunes à se reinsérer, etc. A chaque
fois, on essaie de lui faire dire ce qu'elle n'a pas dit dans l'espoir
de l'affaiblir. Activité qui fait craindre le pire pour ce qui concerne
le manque d'arguments de certains.

Je ne peux pas manquer de faire la relation entre ces diatribes et
notre situation. Certains membres de ce parti sont à un tel point
sclérosé que, dès que nous exposons nos arguments sur la
décentralisation, la gestion de l'administration publique, le chômage
ou l'économie, on veut nous faire passer pour des gens qui veulent
abolir l'Etat, des libéraux vendus a l'économie de marché sans la
moindre conscience sociale...

Mieux vaux lire et juger par soi-même, d'autant plus que l'article est
d'une très haute qualité, argumenté et qui démontre l'habileté de
Ségolène Royal dans un certain nombre de domaines où on ne l'avait pas
encore entendu jusque-là.


Maurizio Rofrano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Ségolène Royal   Dim 20 Aoû - 12:08

Bonsoir à tous,

En plein déménagement, je vous transmets ci-dessous la lettre adressée par Arnaud Montebourg à tous les adhérent(e)s de Rénover Maintenant.

Où il est question de Ségolène Royal...
Où une importante recomposition pourrait commencer à se dessiner...
Où nous pourrions être, à notre échelle, le symétrique inversé...

Pour débattre :-)

Retour au travail la semaine prochaine.
Je reviendrai alors sur la préparation de La Rochelle.

Bien à vous et bonnes vacances pour celles et ceux qui en prennent.

Jean-François PASCAL

Citation :
Louhans , le 21 juillet 2006
> >
> > Le choix de l'alliance
> >
> > Chères et chers camarades,
> > J'ai fait un pas, personnel mais déterminé, sur le terrain difficile
> > du choix. Choisir est l'une des aptitudes requises dans l'engagement
> > militant et politique auquel nous sommes tous confrontés et qu'il
> > n'aurait pas été courageux de chercher à esquiver.
> > Il nous faut désormais choisir, parce que nous n'avons plus le
> > choix. Ma candidature, espérée et ressentie par nombre d'entre nous
> > comme meilleure solution pour défendre nos idées, est devenue
> > impossible parce qu'elle souffrait d'un inconvénient de taille : la
> > probabilité d'une victoire était faible et nombre de camarades
> > auraient préféré défendre, contre leurs convictions, un autre
> > candidat en mesure de gagner, selon la mécanique du vote utile. J'ai
> > entendu de si nombreuses fois ce message derrière les estrades et
> > loin des blogs, dans la bouche de camarades présents dans nos
> > combats depuis les origines et aux convictions incontestables.
> >
> > Ma candidature aurait ajouté une division supplémentaire dans la
> > fracturation déjà multiple du parti, alors que l'esprit de
> > préparation de l'élection présidentielle doit s'inspirer de la
> > nécessité du rassemblement entre les socialistes et doit s'appuyer
> > sur des actes constructifs de mise en commun des idées et des
> > actions.
> >
> > Enfin, elle se serait affrontée à la totalité du reste du parti, ce
> > que traduit la vérification que nous avons faite de l'impossibilité
> > bureaucratique d'obtenir les parrainages, et aurait conduit nos
> > idées à réduire de leur influence, leur faisant perdre une part de
> > leur capacité à pénétrer les esprits.
> >
> > Le bilan de nos années de combat, de Dijon jusqu'au Mans, est
> > intéressant, et mérite de poursuivre sa course, car nous avons
> > réussi à mettre sur la table de la discussion politique nombre de
> > nos propositions. Elles se sont répandues dans l'opinion. Elles sont
> > apparues dans les programmes et devront être inscrites sur l'agenda
> > politique de l'après victoire.
> >
> > Pour répondre à la difficile question du choix, il faut se
> > préoccuper de savoir ce que nous voulons faire de tout ce que nous
> > avons fait ensemble jusqu'ici : La construction de la 6ème
> > République comme solution à la crise politique et populiste du
> > pays ; la domestication progressive du capitalisme financier comme
> > perspective du socialisme européen ; la maîtrise sociale,
> > environnementale et politique de la mondialisation comme héritage
> > moderne du mouvement ouvrier ; la république européenne comme
> > réponse à la victoire du non, sont des propositions qui ont un
> > avenir considérable. Elles se situent au centre de gravité des
> > besoins du pays, mais il reste à les concrétiser en faisant la
> > démonstration de leur possible.
> >
> > Nous pouvons faire le choix de nous installer avec ces magnifiques
> > projets dans l'idéalisme de solitaire ayant raison contre tous. Nous
> > serions en harmonie totale avec nous-même tout en faisant
> > magistralement reculer nos idées ! Nous pouvons faire le choix plus
> > difficile de nous allier avec qui ne partage toutes nos idées, pour
> > convaincre au moins d'en mettre une partie en application. Ce choix
> > a ma préférence car il reflète l'exigence dans laquelle nous sommes,
> > comme militants du socialisme, de faire gagner la gauche. Et je
> > voudrais vous convaincre d'en faire le vôtre.
> >
> > Un tel choix d'alliance ne peut pas être pour nous ou moi-même un
> > renoncement ou je ne sais quelle abjuration. Car je n'ai nullement
> > l'intention d'être un autre que celui que j'ai toujours été et
> > toujours voulu être. Il est un acte de vitalité, parce qu'il
> > organise l'inscription, dans le champ cultivable de l'avenir, de nos
> > idées qui poursuivront ainsi leur chemin ascensionnel. Pour nous
> > tous et pour tout ce que nous portons depuis des années avec tant
> > d'espérance, je préfère l'avenir à l'enfermement des catacombes. Et
> > il ne nous est pas interdit de préférer l'alliance, souvent
> > productive, à la solitude, parfois inutile.
> >
> > Car la question la plus importante pour nous est bien celle de
> > construire un rassemblement large de toutes les forces de gauche
> > pour les faire gagner et gouverner durablement ensemble : celles du
> > oui et celles du non, celles alter mondialistes et celles social-
> > libérales, celles de la synthèse et celles hors synthèse. Cela
> > implique notre capacité à nous articuler les uns avec les autres,
> > construire des compromis politiques entre socialistes en rapport
> > avec les besoins de la population pour asseoir une majorité durable
> > en faveur des idées de gauche dans le pays. Si nous sommes
> > incapables de ce genre de comportement collectif qu'avait su mettre
> > en œuvre François Mitterrand, nos fractures seront plus ouvertes que
> > nos perspectives de victoire. Mais une telle espérance ne pourra
> > être envisagée que si deux profonds désirs, exprimés dans le même
> > mouvement par la population, rencontrent les propositions politiques
> > de la gauche dont nous avons à nous préoccuper nous aussi.
> >
> > Mesurons d'abord l'énorme désir de renouvellement du personnel
> > politique et de changement de génération, dans lequel il faut situer
> > nos choix. Quatre ans et demi après le 21 avril 2002, l'appareil a
> > maintenu le gouvernement Jospin à la Direction, refusé l'inventaire
> > de nos erreurs, diabolisé les nouvelles idées que vous avons
> > avancées avec toute la génération de jeunes élus que nous sommes et
> > empêché la rénovation du projet et des pratiques.
> >
> > Comme pétrifié dans un bocal de formol, le Parti joue désormais sa
> > survie devant ses électeurs, qui s'apprêtent à sanctionner
> > l'immobilisme, et le refus de construire une nouvelle donne. Ceux
> > qu'on appelle les éléphants seront sévèrement sanctionnés pour avoir
> > abusivement occupé l'espace politique du parti en empêchant
> > l'avènement, par la transmission des compétences, d'équipes et
> > d'idées nouvelles.
> >
> > Je crois que nous ne pouvons nous tenir à l'écart de cette
> > aspiration au renouvellement, ni prêter main forte à quiconque
> > voudrait empêcher sa réalisation. Mais nous savons surtout qu'elle
> > ne suffit pas. Car nous mesurons à quel point les déceptions
> > provoquées par la gauche au pouvoir devront nous amener à proposer
> > dans la campagne, puis dans la victoire comme dans la future
> > majorité, des choix politiques ancrés à gauche. Notre candidat ne
> > pourra pas échapper à la nécessité politique de proposer
> > d'équilibrer ce capitalisme débridé et financier en assumant une
> > part de confrontation, administrée même à doses progressives, avec
> > l'organisation actuelle du système économique en s'appuyant sur les
> > mouvements sociaux qui travaillent la société. Il pourra utilement
> > s'appuyer sur le reflux des idées libérales qui a commencé avec les
> > victoires du non en Europe, et ainsi chercher à organiser la
> > maîtrise de cette mondialisation sans règle, si destructrice sur le
> > plan économique, social et environnemental.
> >
> > Face aux projets dérégulateurs et ultralibéraux des droites
> > europ��ennes, il serait enthousiasmant que nous portions un programme
> > de reconstruction de la République: réhabiliter le politique,
> > restaurer sa crédibilité et ses marges de manœuvre, c'est le sens
> > profond de ce beau projet de 6��me République qui, s'il n'est pas
> > intégré dans le projet socialiste doit encore faire son chemin, même
> > en pièces détachées. Voilà comment je crois que nous pouvons
> > entraîner nos électeurs dans un mouvement de victoire, ainsi que
> > tous les autres en perdition, qui ont perdu confiance en toute
> > action politique.
> >
> > Pour conjurer le danger lepéniste et infliger une cruelle défaite à
> > la candidature Sarkozy, il est impérieux de r��ussir à se rassembler,
> > réussir à nous renouveler, et réussir à tenir les promesses de la
> > gauche. Je crois que Ségolène Royal a les atouts pour conjuguer ces
> > trois exigences. C'est bien sûr à elle de nous en convaincre.
> >
> > J'ai fait un pas dans sa direction, en l'invitant à Frangy-en-Bresse
> > et en imaginant de nous préparer à travailler ensemble. Il lui
> > revient de parler à ce peuple de gauche dont nous faisons partie.
> > Chacun d'entre vous jugera et décidera de ce que nous voulons
> > ensemble faire de nos idées. Nous engagerons le débat à Fouras et
> > nous le clôturerons le moment venu. Nous préserverons ensemble notre
> > capacité d'action commune et déciderons ensemble de choisir. Mais je
> > crois qu'il est avant tout nécessaire de donner la chance de la
> > victoire à la gauche. A nous de faire en sorte qu'elle soit aussi
> > celle de nos idées.
> >
> > Je te prie de croire, Chères et Chers camarades, en l'assurance de
> > ma fidélité à notre cause commune.
> >
> > Arnaud Montebourg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 48
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Ségolène Royal   Dim 20 Aoû - 12:32

L'évolution de la position de Montebourg à propos de Ségolène m'a surprise. Sur les blogs de sa mouvance, certains plaidaient pour un rapprochement avec elle, mais plutôt minoritaire me semble t'il face à ceux qui voulaient une candidature propre, ou pour une alliance avec Fabius.
C'est également un piège. Il lui met la pression, avec la menace qui pèse qu'il se fache médiatiquement en disant " vraiment trop libérale" etc... Elle pourrait être tentée de regauchir un peu son discours...

A suivre...

A bientôt
Romain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ségolène Royal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ségolène Royal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ségolène Royal : 400 000 euros de subvention aux syndicats
» le préservatif Selon Ségolène Royal
» Ségolène Royal veut décourager d'acheter des voitures diesel
» ségolène Royal et le club dorothée
» RFA : Royal Fleet Auxiliary

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réformisme et rénovation (R2) :: Débats, idées et propositions :: Au PS-
Sauter vers: